L’Empire Bo$$é s’en va direct aux Aurores.

La Clique a fait toute une expérience dernièrement, elle est allée voir l’Empire Bo$$é en après-midi et a regardé en soirée Monsieur Lazhar. Méchant clash!

Attention, vous vous apprêtez à lire une critique d’un film québécois comme vous ne lirez jamais dans d’autres médias. Nous, contrairement à eux, on ne doit rien à personne.

Certains vont nous dire : on sait bien, un film avec Guy A., évidemment que la Clique va le descendre. Oui, vous n’avez pas tort, mais pour vrai, on essaie d’y aller avec une grande ouverture, comme si on allait voir un film français ou américain. Alors notre verdict, même avec l’ouverture…

C’est ÉPOU-VAN-TA-BLE comme film, un vrai navet comme Guy A. est capable d’en faire! Des blagues de jeunes de secondaire 2 qui tombent à plat et qui sont vraiment trop prévisibles pour une personne intelligente. On s’entend que c’est un film à matantes, on doit l’admettre. Cependant, les matantes rient énormément en allant voir Le sens de l’humour par exemple. Là, les matantes rient, mais genre moins que d’habitude… 8-10 fois sur un film d’une heure et demie. La Clique était en gang dans la salle et des fois on se regardait entre nous et on partait à rire à cause des malaises… Tsé le : ha non, c’est pire qu’on pensait comme film

Message à la belle Magalie Lépine Blondeau : qu’est-ce que t’as ben pu aller faire dans un film comme ça? On se sentait mal pour toi, c’en est gênant. Ce n’est pas parce que Guy A. vient te voir que tu dois dire oui. T’as sûrement pas aimé le scénario quand même? Sérieux, ce rôle-là va te suivre toute ta vie.

Vous vous dites qu’on a peut-être pas le même sens de l’humour? Ok, peut-être, mais voici deux exemples de blagues.

Blague #1 : Claude Legault ne veut pas être séparé de son ami mourant alors il s’enferme avec lui dans une pièce en criant : Bernard c’est mon meilleur chum depuis 50 ans, à deux, ça fait 110 ans qu’on se connait.

Blague # 2 : Un bonhomme essore son linge avec les vieilles essoreuses, comme dans l’ancien temps. La cravate du gars passe dans les rouleaux de l’essoreuse. Prévisible, le mec meurt, ok? Ben la joke c’est que dans le plan d’après on le voit couché sur une table, mais au lieu de mesurer 6 pieds comme avant, ben il mesure genre 30 pieds. Parce que le corps est passé dans l’essoreuse alors… il a allongé. C’est drôle hein?

C’est encore un film où vous pourriez enlever une étoile à toutes les critiques faites par nos différents médias, parce que c’est un film québécois. En plus, c’est Claude Derosiers qui a réalisé le film. C’est lui derrière Aveux et Les hauts et les bas de Sophie Paquin… alors les critiques doivent se garder une petite gêne, il est aimé dans le milieu, lui. C’est pas compliqué, ils commencent tous leur critique en incluant 2 étoiles et après ils en ajoutent. Même le journal Voir a bien aimé… quoique Guy A. faisait la une de leur journal et était à l’émission la même semaine… Disons que c’est délicat. Prêt à parier que Seb Diaz va aller faire son tour dans pas trop longtemps à TLMEP, regardez ben ça.

C’est le genre de film que dans 5 ans, Dany va lancer des craques à Guy A. en riant de lui en disant : c’est un peu comme quand t’as fait L’Empire Bo$$é.

C’est un film sur les crosseurs de notre monde, hé bien vous savez quoi? C’est vous les crosseurs d’avoir fait un film aussi nul pour aller nous chercher 15$. Remboursez-nous. C’est pas possible, ç’a couté 5.5 millions à faire, et ç’a à peine réussi à faire $65 000 aux Box-Office québécois.

Un film avec Guy A. est voué à l’échec.

Monsieur LazharMonsieur Lazhar

Juste un petit mot sur Monsieur Lazhar. C’est un très bon film, mais pas exceptionnel. Ça ne méritait pas toute la couverture reçue. C’est à 100 milles lieux d’Incendies, qui selon nous est un film beaucoup plus marquant. En plus, les 2 jeunes dans Monsieur Lazhar qui gagnent pour acteur de soutien aux Jutras devant à des acteurs d’expérience, c’est du vol, vraiment! C’est clair que c’est un trip des Jutras pour faire changement dans les gagnants. Les 2 jeunes ont une scène marquante, oui, on l’accorde, mais le reste, ça reste des scènes où on joue dans la cour ou on va porter des berlingots de lait, that’s it.

Commentaire inutile à m’envoyer : L’Empire Bo$$é à été victime de la belle température pour expliquer le box-office.