Se tirer dans le pied… (AJOUT)

hotel

 

Pour faire une histoire courte… Le mec va à l’Hôtel Québec (sûrement un amateur de Relais & Château) et pendant la nuit, se rend compte qu’il y a des punaises de lits sur son matelas. Il se plaint, on lui offre de changer de chambre, on lui offre une rabais etc…

Bref, le mec quitte en beau cr***, il dit même au client dans le stationnement de ne pas aller là.

Il revient chez lui, va sur le site de Trip Advisor et écrit la mauvaise critique sur le site.

Et c’est là que ça devient surréaliste. Le propriétaire de l’hôtel poursuit son client pour 95 000$, car il a publicisé sur internet le fait qu’il y avait des punaises de lits dans sa chambre. HA HA HA HA !!!

Wow, belle manière de traiter ses clients. Venez coucher chez nous, oui, mais ne parlez pas en mal de votre séjour.

Il y a tellement d’erreurs de jugement dans cette poursuite, c’est épouvantable.

Primo : Une chose que l’hôtel n’a pas pensé et qu’il ne faudrait jamais oublier, c’est que si tu fais une poursuite, tu t’attends à ce qu’on en parle dans les journaux. On peut lire: Vu la grande popularité du site Internet (trip advisor)auprès des voyageurs, l’Hôtel Québec affirme avoir été «submergé d’appels» et avoir «constaté une diminution de son achalandage». Heu… et là? Vous pensez que ça va aider l’achalandage cette poursuite? Avant, il y avait quelques personnes qui savaient qu’il y avait des punaises. Maintenant, c’est ben du monde!

Secundo: On lit: L’Hôtel Québec assure que la chambre de Laurent Azoulay est la seule dans tout l’établissement à avoir été affectée par des punaises de lit. Aucune autre punaise n’a été rapportée depuis. C’est quelque chose… l’hôtel avoue le problème, confirme ce que le client dit, et on le poursuit.

By the way…t’as ben beau me dire que t’as nettoyé l’hôtel au complet… Que t’as démoli et reconstruit l’hôtel… Qu’il n’y a plus de bebittes. Le mal est fait, ischh! Juste écrire sur les punaises de lits, j’ai l’impression que ça me gratte dans l’dos, c’est tout dire!

Terzo: c’est quoi l’idée de poursuivre un client parce qu’il critique ton produit. Hello? Ça va finir où? Vous allez dans un resto, vous dites que c’était pas mangeable et vous risquez une poursuite? Ben oui!

Quarto: vous auriez poursuivi les punaises de lits et la nouvelle aurait été plus crédible.

Aux autres compagnies qui verraient cette nouvelle… PRENEZ DES NOTES. Cette histoire est vraiment à classer dans le : chose à ne pas faire. T’essaies de t’entendre avec le client, tu lui demandes de retirer sa critique, mais jamais tu veux que ça sorte. Low profile, gang, sur une histoire comme ça.

On dit que le client à raison… pas à l’Hôtel Québec on dirait!

AJOUT: L’entrevue pathétique de l’avocat de l’hôtel. C’est bon, mais on s’ennuie d’Arcand.

Commentaire inutile à m’envoyer: on apprend à compter en italien sur la Clique.