Un mauvais Hot-Dog à 12$, ça existe.

hott

Critique courte: maudit film plate

Critique longue:

4 bières que ç’a pris à la Clique pour aller voir Hot-Dog, pas des p’tites, 4 pintes, batinsssse. Notre sortie était bien partie pourtant, en sortant du bar, un mec nous accoste pour nous demander si on voulait lui acheter des billets pour Éric Lapointe and friends pour 70$… On a ri énormément…

La Clique a aussi souri lorsqu’on a demandé à la caissière du cinéma si Hot-Dog c’était bon et elle de répondre: kessé t’en pense… le film s’appelle Hot-Dog. Pas grave, on va te prendre des billets quand même. 🙂

Ce sont les 2 dernières fois qu’on a ri, car l’heure et demie suivante était épouvantablement pénible. Certains critiques qui démolissent le film disent qu’ils n’ont pas trouvé ça drôle, mais souri à quelques occasions: Où ÇA!?!??!?!? À QUEL MOMENT? C’était pour être poli, right? Tsé, être de mauvaise foi, on irait et on se forcerait pour ne pas rire. Mais crime, non, on voulait donner une chance (4 bières) et rien. Si un gars joue au racquetball et qu’il est fru, frappe la balle contre le mur et la reçoit dans le visage et que ça vous fait rire, ben ce film est pour vous. Ce film est pour vous aussi si le personnage de Daniel Lemire explique que peu importe la profession que tu fais, importante ou non, quand faut aller chier, faut y aller. Vous voyez le genre.

Faut vraiment qu’on m’explique comment ce film-là a pu coûter 1.9 millions. Ce sont les acteurs qui s’en sont mis plein les poches? Rémy Girard voulait un nouveau chalet? Sans blague, il doit y avoir 5 acteurs principaux, 10 secondaires et aucun figurant. Le pire? C’est qu’il y a à peine 5-6 endroits où ils ont tourné. Ça coûte pas ben ben cher ça. Sérieux, Éric Salvail et Rémy Girard sont tout le long du film dans un bureau et à la fin dans un pit de sable. Les autres acteurs dans la maison du couple, habillés différemment dans chaque scène oui, mais on reste dans la même pièce. Ç’a tellement pas dû prendre de temps tourner ce film composé de décors en carton. Tsé l’Âppat c’était mauvais, vraiment même, mais il y avait un peu d’action. Dans Hot-Dog… rien! Il y a le boutte où Salvail sort de sa voiture à toute vitesse comme un agent secret pour aller se cacher, c’est tout. En passant, juste dans cette scène, on peut voir comment Éric est un mauvais acteur. Ç’en est pathétique…

matrice

Le réalisateur Marc-André Lavoie est à classer dans ce qui se fait de pire au Québec, définitivement. En plus, il est vraiment respectueux envers les québécois moyens, son public cible quoi. On peut lire dans un article de Cassivi: N’en déplaise à Marc-André Lavoie, qui déclare à qui veut bien l’entendre que le Québécois moyen a l’équivalent d’une sixième année B et qu’en conséquence, il ne faut pas trop lui en demander lorsqu’on réalise un film. Wow… quoique à regarder les matantes de 75 ans à côté de nous qui riaient lorsqu’elles voyaient Salvail habillé en Matrice, on se dit qu’il a peut-être raison. Mais ça c’est la Clique qui le dit… pas le réalisateur du film. C’est comme s’il disait: j’ai fait un film pour le p’tit monde, tsé ceux qui sont pas capables de penser, là. Rappelez-vous ce nom: Marc-André Lavoie.

Un autre dont on doit se rappeler, c’est Pierre-François Legendre qui en plus de jouer dans Adam et Ève, revient avec Hot-Dog. Heille toi… t’es capable de lire un scénario et de voir si ça va être bon ou non? Toujours le même cr*** de rôle de looser. Heille, il s’appelle François Pigeon dans Hot-Dog. Toujours les mêmes faces et mêmes mimiques… pathétiques.

Au moins, ils ne se sont pas rabaissés à mettre des bloopers à la fin. Faut dire, qu’il y en avait peut-être pas.

Ça s’en va direct aux Aurores et encore plus dans la même pile que les Dangereux, L’Appât, Camping Sauvage et autre bouette de ce genre. C’est gênant se faire fourrer comme ça…

Capture d’écran 2013-08-12 à 06.35.37

Message à Éric Moreault du Soleil qui donne 2 étoiles et demi au film en disant: Mais le film de Marc-André Lavoie se révèle plutôt une comédie de situation légère et plutôt bien ficelée, qui remplit son mandat de divertissement, aidé notamment par plusieurs répliques savoureuses. Tu parles d’un clown! Éric Moreault et le Soleil ont fait l’erreur qu’il ne faut jamais faire: assigner le même gars à rencontrer l’équipe du film une semaine avant de critiquer le film. Tu fais jamais ça! Heille, comment tu peux descendre un film quand tu viens de rencontrer l’équipe. Ok, la dinde qui anime à Rythme Fm Outaouais, mais un journaliste du Soleil? Gros manque de jugement au Soleil. Une personne qui rencontre et un autre qui critique… comme à la Presse.

De grâce, gardez votre billet de cinéma, car en vous présentant au Valentine de votre coin, on vous offrira un hot-dog gratis. Pas pire… tu paies 12$ pour voir un navet et on t’offre un hot-doye… J’imagine la matante toi… Oui, ça serait pour avoir mon hot-dog gratuit svp! Caissière: autre chose? Cliente: non non, ça va être tout.

speciaux

Commentaire inutile à m’envoyer: il y a de la place pour une suite?