Le paradoxe de TVA!

Capture d’écran 2015-12-19 à 08.42.58

TVA Nouvelles fait un article sur le fait que Guy Turcotte n’a pas été agressé sexuellement par deux co-détenus.

On peut lire: Cette publication est en fait l’œuvre d’un mauvais plaisantin que nous avons identifié, qui a modifié le titre d’un article existant en voulant prouver que «le monde share [partage] n’importe quoi sur le web», sans même lire l’article rattaché au lien.

Ensuite: Or, il s’agit d’une bien mauvaise idée puisque les gens à l’origine d’une action semblable s’exposent à des actions judiciaires et administratives visant à protéger la réputation du média impliqué et l’intégrité des nouvelles qui sont rapportées.

Ok, moi je ne suis pas vite vite… j’essaie de comprendre.

TVA Nouvelles fait une nouvelle sur le fait qu’on ne peut pas faire de fausses nouvelles, mais eux-mêmes font une grosse nouvelle avec un sapin de Noël de la SAQ qui était finalement une blague… Soit une fausse nouvelle en tant que tel.

Le directeur stratégie numérique du Cabinet de relations publiques NATIONAL, Sébastien Fassier, nous dit: «Partager ce genre d’information comporte des risques. Il vaut mieux avoir lu le texte jusqu’au bout»

Ok Sébastien, c’est ben beau. Mais il arrive quoi au mec qui a lu l’article « jusqu’au bout » sur le sapin de Noël de la SAQ fait par TVA et qui ensuite le partage sur son Facebook?

Est-ce qu’il risque une poursuite?

(bruit de criquets)

C’est bien ce que je pensais…

Commentaire inutile à m’envoyer: moi je partage des concours sur Facebook! J’ai jamais gagné, mais je partage encore et encore. Un jour…