parce qu'on nous prend pour des clowns

Judith n’est pas d’accord avec Yves Boisvert!

Suite à l’excellent texte d’Yves Boisvert

Judith (une des Brutes) avait ça à dire… D’accord ou non?

capture-decran-2016-10-23-a-09-41-32

Commentaire inutile à m’envoyer: moi, j’ai pas de bac.!


publié le
23 octobre 2016 8:46
catégorie
journaliste
mots-clefs
,

51 réactions

A droite du 450 23 Oct 2016 8:58
+97 Thumb up Thumb down

Il y a une différence entre être mélangée dans son histoire et inventer des faussetés. Lussier est une autre de ces féministes sans aucune nuance et jugement pour qui tous les hommes sont à abattre.

Justice pour tous 23 Oct 2016 9:55

Le processus judiciaire est valide pour tous. Il est peut-être difficile à s’approprier, mais c’est le seul système qui permet à tous de se défendre en cas d’accusation.

Qu’est-ce que vous proposez? Ah oui. Je vois. Aussitôt qu’une femme se dit victime d’agression sexuelle ou de viol, on arrête le témoin principal et on l’enferme en prison pendant 15 ans sans procès en bonne et du forme…? Non, merci! Le Québec n’est pas une dictature féministe quand même…!!!

A droite du 450 23 Oct 2016 11:53

Heuuuu je crois que vous avez mal lu mon commentaire…

innomable 23 Oct 2016 9:54
+68 Thumb up Thumb down

La culture du viol au Québec? En Afghanistan ou en arabie saoudite ok, mais au Québec???? Ces filles là sont vraiment dans le champs et c’est très insultant pour la majorité d’homme Québécois qui ne violent personne et ne protègent pas les violeur…La culture du viol, comme si c’était dans notre petite routine de fermer les yeux sur un crime si grave, come on!

Wan 23 Oct 2016 8:53
+32 Thumb up Thumb down

J’ai arrêté de lire a peu près a ‘victime’.

Verdun Power 23 Oct 2016 9:02
+64 Thumb up Thumb down

Désolé mais un freak show mediatique ce n’est pas une dénonciation.

L'gros Roger 24 Oct 2016 1:14

mars 1999 : PAUL-ANDRE SANSREGRET (Québec)
A Longueil, il effectue une suppléance dans une école primaire, ignorant qu’une rumeur court selon laquelle un agresseur sexuel rôderait aux alentours. C’est pourquoi la relation assez chaleureuse qu’il établit avec les élèves est mal interprétée par eux : 18 sur les 27 l’accusent d’agressions sexuelles perpétrées en cours. Au procès il est reconnu coupable et condamné à un travail d’intérêt général. En août 2002 la procédure d’appel le blanchit.
Son histoire a fait l’objet d’un documentaire Et si c’était faux  ? (Jean-Claude Lord / série « Cris du coeur » / diffusé sur Canal vie le 16-04-2013)
http://www.canalvie.com/couple/sexualite/faussement-accuse-d-agression-sexuelle-une-vie-detruite-1.1225199

Vital Laforce 23 Oct 2016 9:03
+56 Thumb up Thumb down

Judith Lussier (les Brouttes) est une féministe radicale qui affiche clairement son mépris des hommes semaine après semaine. Un homme tiendrait le même discours sur les femmes que le sien sur les hommes et on l’emprisonnerait, mais elle c’est correct, c’est une féministe!

Bérangère 23 Oct 2016 9:28
+40 Thumb up Thumb down

…ou parce que les victimes se sont mêlées dans leur mensonge témoignage

Oui, bien sûr, on te croit toute ma belle Judith… Zzzz Zzzz Zzzzzzzzzzzzzz

L'gros Roger 24 Oct 2016 1:21

20 novembre 1990 : MICHEL DUMONT
A Boisbriand (Québec), une femme porte plainte pour séquestration et agression sexuelle, et reconnaît un électricien, Michel Dumont. Il est jugé le 25 juin 1991. Quoique disposant d’un alibi solide et de six témoins à décharge, en l’absence d’empreintes digitales et de test ADN, il est condamné à 52 mois de prison.
Le 23 juin 1992, la plaignante reconnaît le véritable agresseur dans un club video de la ville, et signe une déclaration qui innocente Dumont, mais qui ne parvient pas à ses défenseurs, Son appel est donc rejeté le 14 février 1994. Il fait 34 mois de prison. A sa sortie, le 23 mai 1997, l’ex-plaignante l’informe de sa rétractation, et la réitère dans les médias.
Grâce au travail de sa compagne Solange, le ministère de la Justice recueille le témoignage de l’ex-plaignante le 10 février 2000. Le 22 février 2001, la Cour d’appel le blanchit.
Il obtient une réparation négociée hors cour de la ville de Boisbriand et de son service de police.
Mais en juillet 2009 il est débouté par la Cour supérieur du Québec de sa demande d’indemnisation de 2,5 millions $.
Il fonde l’association Injustice Québec. Son histoire est retracée dans Vies brisées, l’affaire Michel Dumont. François Gicnac. Editions C.AR.Q.G.G. Un film est annoncé.
sceptiques.qc.ca/activites/conferences/novembre2005

Le schtroumf grognon 23 Oct 2016 9:37
+36 Thumb up Thumb down

Il faut voir du positif dans son message, elle n’a pas utilisé le terme « survivante »…

Le Médium 24 Oct 2016 8:20

D’un autre côté, elle conclue ses éructions en nous assénant un « freakin épeurant »…

D’après moi, ça s’annule…

Yves D. 23 Oct 2016 9:52
+39 Thumb up Thumb down

Avec l’outillage argumentatif tordu de certaines féministes radicales, même si on apprenait que la victime a tout inventé, il y aurait encore moyen de trouver des traces de la culture du viol dans le traitement de l’info de certains journalistes qui font tout pour être justes.

Le concept de la culture du viol est un concept terriblement problématique qui ne peut malheureusement pas être pris au sérieux.

smartass 23 Oct 2016 10:23
+31 Thumb up Thumb down

Hahaha. Yves Boisvert a fait tres attention a sous peser chaque mot et mentionner son support a la victime a chaque 2 lignes. Nooooon. CA n aura servi a rien. Chaque tentative de discussion avec les sjw qui apportionment un mais va toujours se solder par un cri a la mysoginie. Quand t es empetrer dans tes dogmes, t es pas mieux que n importe quelle religion out courant de pensee que tu denonces

On t'a sonnée, la nunuche? 23 Oct 2016 10:28
+36 Thumb up Thumb down

Il y a plus de subtilité dans le mode d’emploi d’une tapette à mouche que dans les propos de Judith Lussier.

Il y a plus d’utilité dans une brindille d’herbe à poux que dans l’existence entière de Judith Lussier.

Il y a plus d’intelligence dans un pot de moutarde passé date que dans les opinions simplistes de Judith Lussier.

Crêpes sucettes 23 Oct 2016 10:32
+9 Thumb up Thumb down

Comme dans toute enquête, toutes les personnes impliquées seront rencontrées, les résultats de tests seront inclus au dossier, d’autres éléments seront ajoutés comme des bandes vidéos, des écrits, etc et le tout sera remis au Directeur de poursuites criminelles et pénales pour analyse. La suite pourrait bien être: à l’examen du dossier, il n’y a pas lieu de porter des accusations, faute de preuves suffisantes. Le mal aura été fait et les dommages considérables de part et d’autres. Seul Yves Boisvert s’en tirera sans peine..

L'épinette 23 Oct 2016 10:34
+24 Thumb up Thumb down

C’était certain que Lussier allait y aller d’un pathétique texte de victimisation des femmes par rapport à l’horrible patriarcat et culture du viol et de l’homme blanc macho etc etc etc….

hagen 23 Oct 2016 11:35

Surtout que les derniers cas dont on a entendu parler c’est des bougnoules, des rastaquouères ou des n*gres.

incohérence sociale 23 Oct 2016 10:44
-16 Thumb up Thumb down

Quand on parle de pédophilie commise par des religieux, est-ce que le web s’enflamme pour rappeler que les plaignants ne sont que de « présumées » victimes, pour traquer leur passé, pour vérifier s’ils ont des preuves hors de tout doute raisonnable (40 ans plus tard…), pour voir s’ils n’ont pas exagéré, pour demander des preuves médicales, pour vérifier la cohérence de leur témoignage, pour commenter leur style vestimentaire, pour brandir la présomption d’innocence des religieux, etc. ? Non. On ferme notre bouche un instant, on accueille, on soutient les plaignants, on s’indigne de la violence (en général), on sait que ce n’est pas surpenant qu’il y ait de l’abus dans des contextes intimes (même si on a ne l’a pas vécu personnellement). Bref on soutient les présumées victimes (ou on s’abstient de les critiquer) en attendant la suite du processus judiciaire. Et c’est tant mieux.

Pourtant, quand c’est une femme qui accuse un homme (dans les médias ou via le processus judiciaire), là le web se transforme en enquêteur pour l’avocat de la défense. C’est à n’y rien comprendre.

le gars de Villeray 23 Oct 2016 12:03

Vrai. Mais lorsqu’on parle d’un acte pédophile aux nouvelles, est-ce que plusieurs s’empressent de parler de culture de la pédophilie? Est-ce qu’on affirme que tous les hommes sont des pédophiles potentiels et que s’il ne s’indignent pas assez, ils supportent la pédophilie ?

incohérence sociale 23 Oct 2016 16:02

Non. Mais si l’on traitait les plaignants d’actes pédophiles comme l’on traite sur le web les femmes qui témoignent d’agressions sexuelles, je crois qu’on pourrait parler d’une culture de la pédophilie et qu’on aurait raison de le faire. Et que les plaignants auraient raison de protester haut et fort. Par chance, ce n’est pas le cas.

Mais peut-être que « culture du silence » est une expression plus appropriée, pour les deux cas de figure. Il semble d’ailleurs y avoir eu une telle culture à l’époque des enfants abusés dans des institutions religieuses — et c’est d’ailleurs seulement une fois adultes qu’ils ont pu s’exprimer et dénoncer. Est-ce que l’on encourage une telle culture via notre attitude face aux actuelles plaignantes d’agressions sexuelles ? À voir ce que l’on lit sur le web, on dirait que oui.

Consult 23 Oct 2016 16:17

En fait, dans les cas des dossier des religieux accusés de pédophilie, il s’agit rarement de plainte au criminel. Les avocats rapaces ont rapidement constaté qu’il est plus facile de soutirer de l’argent à des congrégations religieuses sur la base de « souvenirs » d’enfants de 7-8 ans que de déposer des plaintes au criminel. De même, les communautés religieuses ont aussi constater qu’il vaut mieux payer quand, de toute façon, elles nagent dans l’argent et que la majorité de leurs membres a plus de 75 ans.

Est-ce que je pense que toutes les supposées victimes mentent? Non, surement pas les premières mais les nouveaux dossiers qui sont apparus depuis deux-trois ans puent la rapacité.

Nike Marde 23 Oct 2016 10:57
+21 Thumb up Thumb down

Même après avoir berné tout le monde avec des fausses histoires pipeuses pour détruire bassement la vie d’un Homme politique, elles tentent le grand coup de nous faire sentir coupable de pas la croire. J’ai mon voyage..

On dirait que l’homme Québécois se fait violer par des femme qui se servent du Viol pour violer..Dans vos téléromans TVA ca viol beaucoup! mais la réalité est différente mesdames..

L'gros Roger 24 Oct 2016 0:37

29 janvier 2011 : CLAUDE BILODEAU (Québec)
 
Cet ébéniste québécois (Bas-saint-Laurent) de 46 ans passe la soirée à Montréal avec une jeune femme du même âge qu’il a connue par Internet (restaurant , boutique érotique, cinéma). Elle l’accuse ensuite, donnant une toute autre version : après le restaurant, il l’aurait violée dans un motel, après l’avoir enrobée d’une pellicule de cellophane ; puis elle lui aurait échappé en sautant en marche du camion dans lequel il la ramenait. Le 31, il est arrêté : malgré ses dénégations, il est incarcéré pendant trois mois, perd son emploi, est désigné dans les médias comme « le monstre de St Eloi ». En mai, son avocat produit au procès des videos de surveillance que les enquêteurs n’avaient pas consultées, montrant la plaignante, tout sourire, accompagner le mis en cause à la boutique érotique et au cinéma. Le deuxième jour, le juge prononce l’acquittement.
 
cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201105/13/01-4399249-accuse-a-tort-de-viol-claude-bilodeau-est-acquitte.php

La Clique Montérégienne 23 Oct 2016 11:05
+8 Thumb up Thumb down

Parmi toutes les déclarations vraies ou fausses(ou demi vérité) qui ont étés dites,il y a une chose qui m’appparait fondamentale,a savoir:
elle déclare avoir subi des blessures qui ont nécessitées une visite a l’hôpital,des points de suture et aussi qu’elle ne pouvais plus m’asseoir.
Il s’agit d’une très forte suggestion de sodomie non désirée(ou prévue)
Il est facile de vérifier si la victime est allée ou non a l’hôpital après le 1er acte sexuel avec Gerry.Il existe des dossiers,un médecin et des témoins(personnel hospitalier) bref si la victime a mentie a ce sujet,la cause est terminée et il vaut mieux passer a autre chose.
Moi j’attends que cet élément de preuve soit éclairci pour me faire une idée sur ce dossier.

Ouache 23 Oct 2016 13:30

Penses-tu que la RAMQ va divulguer le dossier médical de l’adulescente au Journal de Montréal ?

La Clique Montérégienne 23 Oct 2016 18:25

Par ordonnance de cour,tout organisme ou citoyen doit se conformer a l’ordonnance.

L'gros Roger 23 Oct 2016 19:43

Ouache,non pas au Journal de Montréal,mais à la cour.

J'écoute RDI 24/60 23 Oct 2016 11:07
+31 Thumb up Thumb down

Judith a bien compris, et défend bien le principe qu’on ne doit jamais, JAMAIS, laisser les faits, nuire à une bonne histoire.

Prostitué, consentement, point de suture ou pas, ne sont que des détails insignifiant si au bout du compte, l’important est d’avoir la tête d’un Libéral.

Vital Laforce 23 Oct 2016 15:07

remplace Libéral par « sale homme blanc cis-genre patriarcal et misogyne » et tu es en plein dans le mille.

La Clique Montérégienne 23 Oct 2016 18:26

La tête du Libéral est déja tombée,on est rendu a l’étape suivante.

Gerbe de fleurs 23 Oct 2016 11:23
+18 Thumb up Thumb down

Elle alimente le backlash, ce qui lui permet de dénoncer le backlash.

Pour moi c’est évident que des chroniqueurs comme Judith Lussier ou comme Murphy Copper (le détesteur) nuisent à leur cause.

Ils sont pourtant persuadés qu’ils font avancer la société.

#pathétique

le gars de Villeray 23 Oct 2016 12:06

Lussier agit exactement comme Martineau : on provoque avec un texte simpliste et dénué d’arguments rationnels, et devant le flot de critique qui surgit, on s’indigne du manque de compassion ou de compréhension de la plèbe.

D’ailleurs, ce dernier lui a déjà donné des cours.

Justin 23 Oct 2016 11:37
+5 Thumb up Thumb down

La prochaine fois, prenez un selfie. Souriez!

Chris DeKav 23 Oct 2016 12:53
+11 Thumb up Thumb down

C’est qui çà Judith Lussier ?

Sur quelques photos elle a des lunettes problématiques (merci à Alpa Chino pour le lien).

Agagax 23 Oct 2016 17:20

Une truite en dehors de son lac…

la souche 23 Oct 2016 14:07
+15 Thumb up Thumb down

Dans un état de droit, il faut suivre les règles de la preuve. Sans cela, tu pers la crédibilité nécessaire pour faire avancer sa cause. La vindicte d’un tribunal populaire ne sert pas les intérêts des véritables victimes (tres nombreuses d’ailleurs)et certaines féministes s’y bruleront les ailes.

J'ai raison 23 Oct 2016 14:53
+7 Thumb up Thumb down

Il y a un an c’était INTIMIDATION, INTIMIDATION, INTIMIDATION… Maintenant, ben c’est … vous devinez la suite.

Avocatdudiable 23 Oct 2016 15:03
+5 Thumb up Thumb down

Mme Lussier a-t-elle déjà eu de la crédibilité ?? Robe blanche et tutti quanti…

Hum hum... 23 Oct 2016 15:35
+4 Thumb up Thumb down

Avoir recours à la police ne suffit pas, maintenant il faut avoir un baccalauréat en droit pour pouvoir correctement dénoncer un viol en 2016. Hé ben ça se peux-tu…

fred 23 Oct 2016 16:01
+24 Thumb up Thumb down

Excellent texte d’Yves Boisvert, tout y est. Il faut être de mauvaise foi pas à peu près pour y voir un mépris des victimes. Cette Mlle Lussier vient de perdre toute la crédibilité qu’elle pouvait avoir (je ne la connais pas)

sco100 23 Oct 2016 16:51
+12 Thumb up Thumb down

Consider the source…
C’est Lussier. On passe à autre chose.

Gu.I.llaume 23 Oct 2016 16:57
+9 Thumb up Thumb down

Je m’en allais bitcher sur Judith Lussier, mais je vois qu’elle est amie avec la jolie rousse qui montre toujours ses seins parfaits. Alors je me tais.

Lisa Simpson-Frulla / Marine 2017 23 Oct 2016 17:51
+11 Thumb up Thumb down

Il faut comprendre quelque chose. La gauche radicale et les SJW contestent tout, y compris la raison et la logique du premier ordre. (En ce sens, effectivement on peut faire une analogie avec les religions). Ainsi la « vérité » varie selon l’individu. Si une femme homosexuelle noire avait écrit le même texte, Lussier n’aurait rien dit, puisque de sa plume ce n’aurait pas été méprisant.

Peu importe que chaque phrase de Boisvert soit logique. Il est un homme hétérosexuel blanc qui analyse une situation impliquant une femme. Dans le mode de pensée lussieriste, c’est un axiome qu’il a tort et est méprisant.

ispepopepsi 23 Oct 2016 21:47
+15 Thumb up Thumb down

Judith Lussier, en plein le genre de fille qui donne le goût de s’inscrire au Centre québécois des mariages internationaux pour rencontrer une ukrainienne.

L'gros Roger 24 Oct 2016 0:30
+7 Thumb up Thumb down

Une autre : 2013 : ANDRE BORDELEAU (Québec)
 
Ce quinquagénaire, « animateur à la vie étudiante » dans un établissement secondaire à Marieville en Montérégie (Québec), est accusé d’agression sexuelle. La présumée victime est une élève qui avait alors 15 ans, et le contexte un voyage au Guatémala l’année précédente, et dans sa chambre. Il est affecté à un poste administratif, puis muté dans un autre établissement, puis fait une dépression et prend un congé maladie. Deux élèves qui partageaient la chambre de l’accusatrice témoignent qu’elle a dormi toute la nuit de la présumée agression, et que personne n’est entré dans la chambre. Le 30 juin 2016, il est acquitté par un tribunal de Saint-Hyacinthe.
 
http://www.journaldemontreal.com/2016/06/30/sa-vie-a-ete-detruite
 

Bertha Laroche 24 Oct 2016 9:28
+11 Thumb up Thumb down

Même en tant que femme, je trouve que l’article d’Yves Boisvert a ben du bon sens et qu’il ne méprise pas du tout les victimes. En fait, il dit que la sortie médiatique nuira au procès, s’il y en a un, comme ça s’est passé pour Gomeshi, point.

. 24 Oct 2016 11:23
+4 Thumb up Thumb down

Non mais stu assez écourant? C’est rendu qu’il faut un témoignage crédible sans contradictions pour faire condamner quelqu’un!

Chris DeKav 24 Oct 2016 15:06

Ouin et en plus pas le droit d’invoquer son passé de p_ute au procès.

Oui mais... 24 Oct 2016 15:33
Thumb up Thumb down

Le texte de Yves Boisvert est très à propos. Les contradictions d’Alice ne peuvent que nuire à la cause et même faire en sorte qu’on balaie sous le tapis une autre histoire tout aussi impardonnable.

Qu’il y ait eu viol ou non, Gerry Sklavounos ne mérite certainement pas notre pitié et notre compassion. D’après les différents témoignages recueillis, on a affaire à une personne qui a un comportement tout à fait déplacé envers les femmes. Le fait qu’autant de gens aient été mis au courant au fil des années et que rien n’ait été fait pour écarter ce sinistre individu est déplorable. On a quand même rejeté la responsabilité dans la cour des femmes en leur disant de se tenir le plus loin possible du député afin d’éviter de se placer dans une situation désagréable… mais rien pour réellement mettre fin au problème, aucune sanction.

C’est pas compliqué, Sklavounos est le Marcel Aubut de la politique, et les plaintes à son endroit ne l’ont pas empêché de continuer à avoir des gestes et paroles déplacés. Le harcèlement en milieu de travail, ce n’est pas plus acceptable à l’Assemblée nationale.

sco100 24 Oct 2016 16:27

Sérieux, escorte ou pas, une agression demeure inacceptable. Sauf qu’il faut toujours ben commencer par être certain qu’il s’est même passé quelque chose. Sklavounos est une proie facile: coureur de jupons, mononc’ au cube et ethnique. Le gros lot pour la meute partisane.

C’est sûr que si je je voulais mettre les femmes dans l’embarras avec une accusation d’agression, je choisirais plus volontiers AF Goldwater que Françoise David ou Manon Massé. Il faut zoomer sur un suspect crédible.

Billets en relation

haut de page