Anne-Marie partage sur son Facebook…

Un article où elle montre ses boules en photo…

Trouve-toi une vie Anne-Marie! 

Journal de Montréal fait un article…

Et elle partage!

Dah!

Commentaire inutile à m’envoyer: merci Anne-Marie xxx (Roger 64 ans)

43 réflexions au sujet de « Anne-Marie partage sur son Facebook… »

  1. Billy Bob

    Elle est pathétique… Elle aurait tellement voulu être une porn-star cette fille, c’est évident…

    Tout ce qu’elle fait c’est poster des photos de sa craque… elle se montre jamais la face ou presque p-c-qu’elle l’a complètement scrappée avec ses nombreuses chirurgies plastiques.

    (43)
    1. Valair

      Non elle n’a jamais voulu être une porn star car elle n aurait jamais daigné se montrer les boules au complet. Ce n’est qu’ une agace professionnelle et sachez messieurs que les photos de craques de seins sans son visage ne garantissent pas toujours qu’il s agit bien d elle.

      (35)
    2. Yannick

      Ben si elle avait réellement voulue être pornstar, elle n’avait qu’à le faire. C’est pas comme si ça prenait. Tu te fais refaire les boules, tu soignes un peu ton apparence et tu vas baiser devant une caméra en échange d’argent.

      C’est pas comme devenir vétérinaire, mettons.

      (5)
  2. L'oeil

    Quand elle était jeune, elle était bien mignonne, mais bon, incapable d’accepter ses petites imperfections qui lui donnait justement son genre, elle a tout scrappé avec ses chirurgies, tant au visage qu’aux boulles. Mais bon, ca excite les mononcles.

    (6)
  3. rayden et sous-zero

    c’est une catastrophe! On dirait un melange de canard et de burt reynolds. Un peu plus pis elle va devenir comme Eric Stoltz dans le Mask.

    (6)
    1. Liz Ouatiez

      C’est ce que j’ai remarqué aussi,elle (celle qui remplace Anne-Marie) a mis beaucoup d’argent sur ses boules mais pas gros sur les mains qui nous les montrent.

      (1)
  4. Le schtroumf grognon

    Clairement un cas pathologique, pauvre fille elle me fais pitié:

    « Traitement
    Psychothérapie, groupes de soutien, et inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine

    Parfois, médicaments anti-androgènes

    Lorsque la loi est violée, conférant un statut de délinquant sexuel, la prise en charge thérapeutique débute habituellement par la psychothérapie, la participation à des groupes de soutien et par la prescription d’inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine.

    Si ces médicaments sont inefficaces et si le trouble est sévère, les médicaments qui réduisent les taux de testostérone et donc réduisent la libido doivent être envisagés. Ces médicaments sont considérés comme des anti-androgènes, bien que les médicaments les plus couramment utilisés ne bloquent pas réellement les effets de la testostérone. Ces médicaments comprennent la gonadolibérine (GnRH) (p. ex., le leuprolide) et l’acétate de médroxyprogestérone; tous deux diminuent la production hypophysaire de l’hormone lutéinisante (LH) et de l’hormone folliculo-stimulante (FSH). Un consentement éclairé complet et une surveillance appropriée de la fonction hépatique et des taux de testostérone sérique sont nécessaires.

    Les taux de récidive sont élevés. L’efficacité du traitement est contrôlée par l’auto-évaluation, la pléthysmographie pénienne et les dossiers d’arrestation. » Merck manual

    (-2)
    1. TC

      Je l’ai trouvé drole.

      Les gens de la clique n’encouragent pas l’humour on dirait, ils preferent rabaisser le monde.

      C’est la facon québécoise de procéder.

      (-1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *