Trump is right. Trudeau is wrong.

Alors… right or wrong sur le lait!!!

Commentaire inutile à m’envoyer: le lait américain est pas bon!

69 réflexions au sujet de « Trump is right. Trudeau is wrong. »

  1. YL2K

    Pas le même format, pas le même produit pantoute, les producteurs américains sont lourdement subventionnés, leurs normes environnementales sont déficientes…. encore une fois, clique, tu me déçois

    (91)
    1. Les laids laits

      Le gars est malhonnête, il compare le lait américain le moins cher avec le lait québécois le plus cher.

      Un gallon de lait Québon comparé avec un gallon de lait américain de qualité égale, c’est quoi la différence de prix ? ce serait pas mal plus pertinent à savoir.

      (16)
        1. PorcherieQC

          Peint toi cacomme tu veux, au bout du compte, on se fait mettre tres fort… Et avec le weed legal et les profits dans un fknd de prevention( j’en ri encore, de comment vous pouvez etre cretins de gober ca… on doit etre un test group pour les gouvernements du monde,) les kebs se font tojjours mettre sans broncher…

          (1)
      1. Pharmachien

        Ca serais pertinent de comparer la qualite du Quebon avec ton Lactantia ou peu importe ce que tu consideres “haute qualite”.

        Mis a part le bouchon en plastique techniquement inutile et qui n’est pas ecolo en fin de compte sur ton Lactantia, y’as pas vraiment de difference.

        (3)
    2. Juge LeBrun

      Un red neck de Québec dit que les oranges en Floride sont pas le même prix que les pommes d’ici pourtant c’est deux fruits qui poussent dans les arbres et qui sont vendus dans des grandes surfaces. Si tu compares pas deux produits identiques, la plainte est sans fondement.

      (4)
    3. Leurre juste du camionneur

      Vous avez oubliez de mentionner que les produits laitier américains sont empoisonnés. Tout comme les vins qui ne passent pas dans les laboratoires de la SAQ et qui pourraient rendre aveugle les pauvres Québécois.

      Nous autre on aime ça le lait à $5, les vins cheap à $20, le sirop d’érable à $10 la canette et le fromage que l’ont peut seulement acheter en hypothéquant sa maison une deuxième fois.

      (2)
    4. pfff

      si la clique vous déçoit, c’est que vous avez des attentes et que vous êtes très naïf au sens où vous êtes portez à surestimer parfois les gens et à chercher des perles dans les égouts. Personnellement, il est impossible à la clique de me décevoir, j’ai assez de discernement pour pas avoir d’attentes irréalistes. Prenez ça comme un divertissement pas sérieux genre comme le journal de Montréal qui est rien d’autre que de la presse jaune pâle.
      Comme ici c’est pas vraiment un blogue tout comme une vente trottoir n’est pas vraiment un magasin avec service et tout…

      (2)
      1. Attitude honnête et décente vis-à-vis d'une putain

        Exact.

        Je peux ne pas être déçu tout en méprisant l’objet de ma non-déception.

        Le mépris n’implique pas d’attentes et il est beaucoup plus léger que la haine.

        Le mépris est un sentiment amusant et facile à gérer. 😎

        (0)
        1. pfff

          il y a moyen d’avoir du discernement sans tomber dans le mépris. Gérer des sentiments n’a rien à voir avec une observation objective. Le mépris ne conduit pas à une indifférence objective. Souvent les gens méprisant ont une faible estime d’eux-même qu’ils pensent annuler en situant l’autre plus bas que là où ils pensent être situés eux-même. Ce n’est pas de l’esprit critique c’est de l’auto-valorisation de compensation signe de névroses et de troubles de la personnalité. Ce que vous dites n’a rien à voir avec mon propos. En toute objectivité et sans mépris, comment s’attendre à autre chose ici?

          (-2)
    5. La logique.

      Parfait!!! Je ne vois pas où est le problème.

      Laissons les Américains subventionner NOTRE consommation.

      Et en plus, on ne paie pas de taxes aux USA. C’est win/win pour NOUS!!!

      (-2)
    6. Québécois écoeuré de se faire exploiter.

      Même produit. Même format. Le gars a même fait la conversion en $ canadiens.

      Mrd…tu lis pas ou quoi?

      (-2)
  2. Batoche

    La nouvelle maladie mentale des droitistes économiques: prendre des photos de pintes de lait pis de bouteilles de vin pas cher. Gros débat…

    (39)
      1. Batoche

        C’est vrai. La page facebook de « Maurais live » est remplie de ce genre de photo avec plein de mongols qui commentent au sujet que nous vivons dans « un dôme ». Assez débile.

        (10)
  3. Donald Drumpf

    Premièrement il prends un lait spécialisé et non du 2% ben normal et deuxièmement c’est vrai qu’on paye cher au Québec pour notre lait. Même en ontario c’est environ 2$ de moins pour une poche de 4 litres. Par contre je suis convaincu qu’il y a moins de cochonneries dans notre lait que celui des AMARICAINS!

    (32)
    1. MC Sween

      Convaincu tu dis?
      Tres scientifique comme analyse.

      Tout le monde ou presque sais que les producteurs ici doivent jetter leur surplus de lait pour maintenir les prix.

      (4)
      1. Robin Ti-clin

        Parce que tu penses qu’il n’en jette pas aux USA ? Fait une petite recherche et tu vas vite te rendre compte que les méga fermes laitière aux USA jettent des milliers de litres de lait chaque jour, c’est ce lait qu’ils veulent nous envoyer, du dumping pur et simple.

        (0)
    2. On se fait voler au Québec.

      T’as déjà fait un test à l’aveugle? Moi oui et…aucune différence sauf…le prix exorbitant du laitte québécois.

      (0)
        1. Le Malicieux

          non.
          pourquoi?

          ben déjà, en vivant au Québec, il est fort peu probable que nos fils reçoivent mordre daller se battre (et mourir) au Moyen-Orient, pour le bénéfice « d’on sait qui »…

          non mais, ça joue, quand même.

          (2)
    1. Question d'même.

      Si les maisons sont plus chères dans un endroit qu’un autre endroit, c’est parce que c’est là que les gens veulent vivre. Loi de l’offre et de la demande.

      Par exemple, les maisons sont moins chères au Zimbabwe qu’au Québec. Iriez-vous y vivre?

      (3)
  4. Matante Roulotte

    Cette semaine, Trump a fait une sortie contre la dépendance énergétique de l’Allemagne face à la Russie… si on ne veut pas que le Canada perde sa souveraineté alimentaire face aux U$A, on a des choix à faire.

    (18)
    1. Question d'même.

      Ça veut dire quoi vraiment la « souveraineté alimentaire »?

      Il y a plein de produits alimentaires que nous consommons régulièrement et qui ne peuvent être produits ici à cause des températures, du sol, etc…

      Devons-nous cesser de les consommer pour se rabattre sur les navets et les carottes?

      N’importe quoi…

      (2)
  5. Spockeinstein

    Wen… Je dirais que le mr. a juste un problème de mémoire sur le prix du lait au USA.

    Mais faisons tout de même l’exercice via Google;

    Prix de 1 gal de 2% dans un Wal-Mart: 2,79 $us
    Prix plancher de 4l de 2% au Quebec: 6,39 $can

    Fait que, par litre en dollars canadiens, avec le taux de change d’aujourd’hui (1 USD =1,31575) ça fait:
    0.97 $ le litre au USA
    1,60 $ le litre au Québec

    Alors, oui, on paie nettement plus cher mais le monsieur est un peu din patates.

    Sources:
    http://www.walmart.com/ip/Great-Value-2-Reduced-Fat-Milk-1-gal/10450115
    http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/ShowDoc/cr/M-35.1,%20r.%20206

    (16)
      1. Spockeinstein

        2,79 (Prix en dollars US)
        Multiplié par 1,31 (pour le convertir en canadien)
        Divisé en 3,78 (nombre de litres dans un gallon americain)

        2.79*1.31/3.78 = 0,9669047619

        Alors je dirais… oui

        (3)
  6. marc cote

    Oh yeah.
    Traverse les lignes, va acheter du lait et fromage moins cher et profites-en pour aller chez le docteur en même temps!! Oh wait….

    (14)
    1. Fabien L'Amour

      « Mais pendant ce temps, le téléphone des deux cliniques privées du Dr Louis Lacroix offrant des soins médicaux en dermatologie, à Laval et à Québec, ne dérougit pas. Même si une consultation peut coûter 300 $, « c’est extrêmement demandé et [les clients] viennent d’un peu partout au Québec », lance-t-il.

      (0)
  7. Ah bon !

    Un québécois qui voulait faire un recours collectif contre le prix du vin maison de la SAQ a été déboutée par le juge car ses chiffres et son raisonnement ne tenaient pas la route…John ressemble un peu à cela….c’est du délire…compares les prix de tous les produits et services et après on se reparlera John…

    (9)
  8. Jayden-Alexandre Gagnon-Lapointe, 8 ans de Terrebonne

    Ça l’empêchera pas de voter pour Couillard et sa gang au mois d’octobre, ceux-là qui pourtant soutiennent la gestion de l’offre.

    (8)
  9. Le rappel du système anti-con

    Notre lait, certes, nous le payons un prix plus élevé, mais cette différence
    de prix s’explique par la qualité de notre produit, incomparable avec les
    produits surhormonnés des States, et sa production plus industrielle
    qu’artisanale, donc de valeur moindre. Aussi nos plus petites fermes laitières,
    en comparaison avec certaines gigantesque américaines, sont ainsi mieux
    rémunérées puisqu’ayant un cota moins élevé au niveau de la production, s’expliquant
    uniquement par le fait qu’une prise d’hormone est constante chez nos voisins des
    States. Pourquoi beaucoup d’hommes là bas ont des men boobs ? …
    Pourquoi les femmes ont des poitrines aussi développées là bas ? …
    Québon, c’est l’meilleur lait du monde !!

    (8)
  10. Mam Cousineau

    Le lait américain goûte le cul car leur vaches sont nourries au maïs non au foin et leur « fromage » coûte rien. Je suis d’accord avec l’abolition de la gestion de l’offre ainsi que l’UPA et que le marché soit ouvert (bonnes opportunités pour nos fromagers talentueux d’avoir le marché américain open) mais les gros colons pee wee économique de droite morale comme Fillion ou Maurais semblent oublier que les agriculteurs américains sont subventionnés à l’os et qu’il n’y a rien à gagner de négocier avec Trump (lisez The art of the deal de Trump…). C’est sur qu’ils vous répondront: et alors si c’est mois cher… Pourtant, c’est Elvis Gratton ont chiés sur le Cseries en disant que c’etait un crime de lèse majesté d’exporter à rabais aux States…

    (6)
    1. Elvis Casanova

      Nos producteurs agricoles produisent énormément de « blé d’inde à vaches » justement pour nourrir NOS vaches…

      Les producteurs américains sont subventionnés à l’os? Bravo. No problem!

      Laissons-les maintenant subventionner NOTRE consommation de leurs produits. Et en plus, on ne paie aucune taxe là bas. C’est win/win pour nous!

      (-2)
  11. Toute la vérité, rien que la vérité

    C’est que le lait est vendu à perte au usa. Depuis plus de 2 ans les cultivateurs vendent le lait 20c moins que ce qu’a leur coûte à produire, ils crèvent tous. Il y a eu un bon reportage dernièrement à la télé. Les cultivateurs américains envient notre système. Wallmart est en train de construire sa propre laiterie et etrangle encore plus les cultivateurs. Vivre et laissé vivre. Toute chose doit avoir un prix juste.

    (6)
  12. Nowhere

    Les US on un surplus de lait car nous avons arrêté d’acheter leur marde qui nous servait a faire du Fromage, yaourt, créme .
    Avant on prennaient leur lait pour faire ces produits car leur norme est merdique,on prendra jamais ça pour un carton de lait 2%
    Maintenant on a trouvé le moyen de transformer les restes de notre propre lait pour faire la même chose.
    Pu besoin d’acheter du lait US, asteur on achète leurs usines

    (4)
  13. Monsieur

    Il y a des arguments, pour la gestion de l’offre très diffusé dans les médias, mais aussi plusieurs contre qui sont, bizarrement, souvent passés sous silence. C’est pas un hasard si la gestion de l’offre est prévue être discuté a la toute fin de la ronde de renégociation de l’alena car ça servira probablement de monnaie d’échange. De toutes facons, c’est principalement le Québec qui est concerné et un politicien fédéral comme Trudeau pourrait perdre beaucoup en défendant trop les Québécois. L’UPA a pu contribuer a battre Maxime Bernier avec succès bien sur mais, par le fait même, il est devenu clair que ça mobilise seulement les Québecois.

    (1)
  14. Gratton Elvis

    Ben au Kébec on a des garderie à $7 puis des syndiqués CSN fait que f …. Trump puis son lait à 99¢ icitte on est distinct et on est une nation ‘stie!

    (1)
    1. Ian Orapa de Facile

      Ce texte a déjà été publié dans Le Devoir auquel un lecteur (Jean-Yves Arès) a pondu cette réponse avec sources à l’appui:

      (À noter que les chiffres mentionnés datent de 2017)

      « Après vérification des faits on peut se demander si nos deux profs ne viennent pas de nous en construire des pas mal gros  »faits alternatifs »…

      Ici leurs propos sont à complet contre-sens de ce que des gens très crédible comme Sylvain Charlebois explique depuis longtemps. http://www.goo.gl/naNah8

      Nos deux professeurs ont choisit de ne pas prendre les références des organismes gouvernementaux, et de faire eux-mêmes leur enquête de coûts de vie.

      Quel est la qualité de leurs références, comparent-ils les mêmes choses ?

      Une brève recherche donne des résultats qui ne laissent pas grand place au doute.

      Démonstration;

      Selon le bureau de statistiques de l’U.S. Department of Labor, le prix du lait entier (3.25% mg) dans les villes du nord-est américain est depuis un an autour de 3.25$US pour 3.8 litres. Au taux de change de la Banque du Canada cela revient à 1.15$ CDN le litre.
      http://www.goo.gl/ftIoQj

      Section gauche du site, graphique et tableau du prix du lait dans les villes sur 10 ans, il y a aucune ambigüité, et les variantes sont modestes. Et surtout l’amélioration des méthodes de productions a contré l’inflation. Ce n’est pas rien!
      http://www.goo.gl/yfzY0D

      Au Québec le prix de détail du lait est sous contrôle de la Régie des marchés agricoles, http://www.rmaaq.gouv.qc.ca/index.php?id=118

      Et celui du lait entier (3.25% mg) y est fixé à un minimum à 1.74$. Ce qui est 51% plus cher que son équivalent chez nos proches voisins du sud… qui ne s’ont pas sous une gestion de l’offre.

      A noter que pour trouver du lait a 1.58$ au Québec il faut acheter du sans gras, un type lait très peu consommé (1 litre sur 20), ce qui l’exclu comme référence.

      Autre choix questionnable: Washington DC comme lieu de comparaison.
      Si l’on sort des sites des gouvernements on trouve que la ville est classée ici comme «Cost of living index in Washington is 35.99% higher than in Toronto» et «Cost of living rank 22th out of 508 cities in the world»

      Montréal est au 259ième rang au même palmarès…
      http://www.goo.gl/fCwvKk et http://www.goo.gl/IU83nl

      Et ce même site donne comme prix du lait a Washington 1.01$US le litre, c’est a dire 3.84$US le gallon. Contre un 4.45$US trouvé par nos profs.

      Une autre référence donne une liste des grands écarts de prix du lait dans 12 villes américaines. New York est en tête à 4.05$ le gallon. Phoenix en Arizona ferme la liste avec un prix de 2.20$ le gallon. http://www.goo.gl/kheKhO

      Après ce tour d’horizon quelle crédibilité peut-on accordé à cette  »étude » de coûts de vie présentée ici par ces deux profs ? »

      Et une autre de ses réponses:

      « Mais dans les faits cette gestion est bien autre chose. Telle qu’elle est elle est l’objet, et le cartel, des producteurs laitiers, et dès ses débuts elle a enrichie les producteurs en place en transformant le droit de produire, reçu gratuitement, en un actif financier a vendre aux enchères très fort prix, et occupe présentement presque 50% de valeur d’une ferme laitière.

      Du coup cette valeur artificielle bloque l’accès à la relève qui n’est plus possible que dans un cadre familiale, si les parents vendeurs renoncent en grande part à cette valeur artificielle.

      Et du coup aussi, l’endettement de ces entreprises est presque du double de celle que l’on retrouve sur le marché libre de nos chez nos voisins du sud. Ce surendettement induit par la gestion de l’offre qui passe par la propriété privée monnayable du droit produire a un coût qui se retrouve dans le prix du lait.

      Ce n’est donc pas l’idée de faire une gestion de l’offre qui stabilise les prix qui fait problème. Le problème c’est que l’objectif premier de cette gestion a été détourné au profit des producteurs. Surtout ceux de l’époque de sa mise en place, mais encore aujourd’hui il se fait de la distribution de quotas gratuits aux producteurs, non-monnayable au départ mais qui le deviennent en peu de temps. »

      (5)
    2. Le Malicieux

       » presse gauche »?

      décérébrés dit tu?
      petite remarque: « faits alternatif »… pourquoi « alternatif »?
      un fait est un fait, point barre.

      (1)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *