La citation du jour…

Le hic… c’est que les nouvelles publiées dans son journal livré à la maison, on les a toutes lues sur internet bien avant!

Commentaire inutile à m’envoyer: parler de journaux en 2018…

55 réflexions au sujet de « La citation du jour… »

  1. Fred

    Si les journalistes faisaient le travail de journaliste au lieu de donneur de leçons, s’ils étaient resté objectifs au lieu de suivre une idéologie, s’ils avaient des conditions de travail “normales”, s’ils avaient prévu le coup (alors que ça fait maintenant 20 ans qu’Internet est mainstream), peut-être que ça irait mieux pour eux. Mais non, Trudeau va leur donner un beau 600 millions (0.6 milliard!!) pour les dédommager. Come on.

    (60)
    1. Agent Anti-Rumeurs de la Ville de Mtl

      Il faut arrêter avec les théories du complot que l’on peut lire sur internet. Grâce à Justin Trudeau et au Parti Libéral on va maintenant pouvoir discerner Le Bon Journalisme du Mauvais Journalisme:

      Si tu fais du Bon Journalisme tu vas avoir droit aux subventions de l’État. Si tu fais du Mauvais Journalisme tu n’auras pas droit aux subventions. Si tu es subventionné tu publies des Vraies Nouvelles. Si tu n’est pas subventionné tu publies des Fausses Nouvelles. Voilà.

      Le Parti Libéral fait avancer le Journalisme et combat les Fausses Nouvelles.

      N’oubliez pas de voter Libéral aux prochaines élections, c’est important pour la Démocratie. Il ne faut pas laisser les agents russes sur internet qui ont placé Donald Trump à la Maison Blancher miner notre Démocratie. Le Canada doit continuer d’être un phare multiculturel pour guider les navires du monde entier.

      (9)
      1. Fred

        Le hic là-dessus, c’est que c’est une pognée de journalistes qui vont déterminer ce qu’est du journalisme ou c’en est pas. À voir comment la FPJQ peut se crêper le chignon, ça risque d’être difficile.

        (3)
      1. Fred

        J’aurais bien aimé en effet, mais ce sont les journalistes des années 80-90 qui m’intéressent, pas les vedettes de ces dernières années. Je trouve que le vrai métier de journaliste s’est perdu au fil du temps.

        Mais je ne donne pas de leçon 😛

        (-2)
    2. Une figure d'autorité

      – “Si les journalistes faisaient le travail de journaliste au lieu de donneur de leçons”

      Le journalisme doit être critiqué, mais l’expression “donneur de leçon” est une expression qui en dit parfois beaucoup sur celui qui l’utilise, je trouve. Ça dit : “je me sens agressé par ceux qui se croient meilleurs que les autres”. Pour moi, c’est l’expression typique d’une personne qui vit un sentiment d’infériorité.

      – “S’ils avaient des conditions de travail “normales”… peut-être que ça irait mieux pour eux.”

      Le lien est objectivement boiteux, mais encore une fois, il est révélateur de ton malaise. Ça dit : je me sens agressé par ceux qui ont des conditions de travail plus avantageuses que les miennes”. Pour moi, c’est l’expression typique d’une personne qui vit un sentiment d’injustice.

      Bref, le journalisme doit être critiqué, mais idéalement par des gens objectifs (ce qui n’est vraiment pas ton cas), des gens qui fuient l’idéologie (ce qui n’est vraiment pas ton cas) et des gens qui sont en mesure de dépasser leurs petits ressentiments personnels (ce qui n’est vraiment, mais vraiment pas ton cas).

      Dans le fond tu fais un peu pitié.

      (-13)
      1. Batoche

        OK et qu’est-ce qui arrive quand les journalistes sont eux-mêmes des gens très peu objectifs, qui embrassent une idéologie à pleine bouche et des gens sont totalement incapables de dépasser leurs petits ressentiments personnels?

        (11)
        1. Une figure d'autorité

          Pour savoir ce qui arrive, tu peux t’inspirer de La structure des révolutions scientifiques de Thomas Kuhn en remplaçant :

          – les scientifiques qui ont parfois intérêt à faire perdurer les modèles épistémiques par les journalistes qui ont parfois intérêt à faire perdurer certaines formes de politiquement correct.

          – l’intériorisation du paradigme qui permet l’acceptation du scientifique dans sa communauté par l’intériorisation d’une certaine forme de politiquement correct qui permet l’acceptation du journaliste dans sa communauté.

          Les phénomènes qui ne cadrent pas avec le modèle inflexible du paradigme scientifique et qui sont rejetés par les actualités qui ne cadrent pas avec le modèle du politiquement correct en vigueur et qui sont rejetées.

          – le renversement des représentations chez les scientifiques lors d’une révolution scientifique par le renversement des représentations chez les journalistes lors d’une révolution techno-socio-culturelle.

          etc.

          (0)
      2. Fred

        Attaquer le messager au lieu du contenu. C’est toi qui fait pitié je trouve, on parle du journalisme, pas de ce que moi j’en perçois. Si ça t’amuse de faire ma psychanalyse, grand bien t’en fasse, mais ce n’est pas ça qui m’intéresse. Tu dis qu’il faut critiquer le journalisme, alors fais-le et donne tes arguments. Après, on pourra discuter.

        (2)
        1. Une figure d'autorité

          Je parle de comment critiquer le journalisme et je parle de toi comme d’un exemple à ne pas suivre.

          Moi, c’est ce qui m’intéresse.

          Si tu te sens attaqué, c’est encore ton sentiment d’infériorité qui te joue des tours.

          (-5)
      3. Votre diplôme de psychologie à cinq cennes est à la poste

        Tiens, voilà notre petit cégépien en manque d’attention qui se lance dans l’analyse psychologique de quelqu’un qu’il ne connaît pas et à partir d’un commentaire de moins de cinq lignes.

        Et après, ça vient parler de complexe d’infériorité…

        (1)
        1. Allah Papanthoute

          Ils apparaissent de temps à autre, gonflé de mépris et de condescendance. Des clones de Fred Savard.

          (1)
        2. Claude Poireau

          Tellement!

          On dirait tellement un petit qui vient d’apprendre le sens de “sentiment d’infériorité” et qui le mélange avec le concept de “projection”.

          On lui souhaite bonne continuité dans ses études.

          Il me fait penser à Maxime Fiset et son “homme de paille”.

          (1)
        3. Fred

          @Figure : si t’analyses les commentaires d’un quidam sur Internet comme moi, c’est sur ta propre personne que je me poserais des questions. Ceci dit, il y a une autre (ou plusieurs) qui utilisent “Fred” comme nick, il y a pas juste moi, ça peut biaiser ton et analyse.

          Pour ta gouverne, je ne me sens pas inférieur ou dans une situation injuste, je trouve que le journalisme en a perdu beaucoup ces 20 dernières années. Je trouve que leurs conditions de travail sont très appréciables et que certains d’entre eux jouent à la vedette au lieu de se limiter aux faits. Plusieurs utilisent leur propre opinion pour teinter ce qu’ils rapportent et personnellement, je n’aime pas ça.

          On a pas aidé les disquaires ou les clubs vidéos alors pourquoi on aiderait les “journalistes” chroniqueurs ou les chauffeurs de taxi. La société change et avant longtemps, il va y avoir beaucoup plus de monde qui vont perdre leur emploi à cause de l’automatisation de masse. C’est pourquoi que gaspiller 600 millions sur une industrie moribonde qui n’a pas osé se réinventer à temps et s’est obstinée à conserver des acquis démesurés, eh bien, comme contribuable, ça me fait l’effet d’un bon laxatif.

          Est-ce que ça répond mieux à tes interrogations sur mes problèmes psychologiques et mon opinion sur les médias ?

          (1)
        4. Une figure d'autorité

          Ce n’est pas la première fois que je lis les commentaires de Fred. Son sentiment d’injustice est vif.

          Écoute, il se plaint souvent avec tout le sérieux du monde que telle chanteuse-perruche est devenue célèbre parce qu’elle est la fille ou la sœur de tel ou tel acteur connu.

          Si au moins il s’en moquait avec joie, mais non, il s’en plaint sur le mode sentiment d’injustice.

          Bref, ça ne prend pas un diplôme en psychologie pour comprendre que Fred vit un sentiment d’injustice et d’infériorité.

          (-1)
      4. Le hibou à bout

        LOL les journalistes (ou chroniqueurs qui prétendent l’être) sont justement les personnes qui sont incapables de «dépasser leurs petits ressentiments personnels» (Patrick Lagacé, Richard Martineau, Alexandre Sirois, Marc Cassivi, Rima Elkouri…). Et tu leur accordes une quelconque crédibilité?

        hahaha!

        (0)
      5. Fabien L'Amour

        Pas normal que des journalistes fassent des salaires de $100-200,000 juste parce qu’ils ont un bac en comm de l’UQUAM, la jalousie a rien à voir là-dedans.

        (-1)
        1. Pour vrai?

          >des salaires de $100-200,000

          Sérieux? Tu fais référence aux journalistes ou aux chroniqueurs d’opinion? J’ai de la difficulté à croire que les journalistes gagnent plus de 100K par an.

          (4)
  2. Capitaine Évident

    Est-ce mon café me traite de sale raciste, islamophobe, homophobe, sexiste, pollueur, tueur de fourmis africaines et sous-éduqué?

    Entretemps, la couverture des maillots jaunes en France ou Asia Bibi (une vraie victime et réfugiée), c’est pour quand?

    (48)
  3. Batoche

    Certains ont bien rit des conservateurs lorsqu’ils ont dit que la liberté journalistique en prend pour son rhume à cause de cette subvention de 600 millions…mais ils ont raison. Déjà que les journaleux mangeaient dans la main de Trudeau avant ceci, le phénomène va s’amplifier et devenir imbuvable pour une majorité de lecteurs/auditeurs. Au final, ça ne va qu’empirer la chute des médias traditionnels. Les gens sont blasés et cyniques, et Trudeau vient de contribuer à tout ça.

    (19)
  4. L'ignorance c'est la force

    De la désinformation, propagande, omissions, demi-vérités et fausses nouvelles travaillées par des centaines de personnes et délivrées dans ma boîte aux lettres pour m’intoxiquer? Non merci…

    (17)
    1. Edward Snowden

      Parce que si c’est gratuit, c’est parce que vous n’êtes pas le consommateur, mais le produit.

      (24)
    2. phil (l'original)

      Rien qui m’écoeure plus qu’une personne qui utilise le même pseudo que moi, avec le même orthographe, dont le p minuscule…. 😡

      (-13)
  5. L'épinette

    Le seul fait qu’on utilise un terme comme le «bon journalisme» et qu’on organise un insignifiant colloque sur le sujet en dit long sur le monde parallèle dans lequel vit les suppôts du système en place. J’ai d’ailleurs une réponse toute simple aux interrogations de ces guignols: Quand on a le choix entre un parti politique de marde A et un parti politique de marde A’, on se désinteresse fortement de la politique, car on se dit que c’est du pareil au même et que c’est somme toute assez risible d’aller voter car le vrai pouvoir se situe à un niveau plus haut et lointain. D’où l’explosion du cynisme et la baisse marquée de la participation à la vie démocratique ces dernières années. Eh bien le même phénomène se reproduit dans le monde médiatique, car il se trouve que médias et politiques partagent la même couchette. Le masque médiatique est ainsi en train de tomber graduellement et cela n’entraînera qu’encore plus de cynisme et de désillusion.

    (8)
  6. Mephisto

    Payer pour recevoir de la propagande multiculturelle, égalitariste, non merci…(et c’est une réponse de plus en plus populaire).

    (4)
  7. Dr Barrette

    Il n’y a pas qu’un problème de fond avec ce programme fédéral. Il y a aussi plusieurs problèmes dans la forme.

    C’est quoi du “journalisme de qualité”? Et est-ce qu’une chronique de restaurant, un compte-rendu de voyage sponsorisé ou un exposé des derniers rebondissements de XOXO sont du contenu de qualité admissibles à l’aide financière?

    Si j’étais un journaliste spécialisé dans un secteur “mou” (culture, style de vie, mode ou bouffe) je m’qinuiéterais un peu au sujet de la grille d’analyse qui sera utilisée pour décaisser les sommes.

    (3)
  8. Mugabé

    Ils sont comme Hitler dans son bunker ou les derniers dictateurs de l’URSS. Leur empire s’est écroulé, juste pas capables d’accepter la chose. Plusieurs sont encore des dirigeants grassement subventionnés qui veulent continuer à profiter de la manne.

    (0)
  9. L'Anti-Ferrandez

    Je ne sors pas chercher un café à $4. et je ne lis pas les journaux qui de toute façon nous disent ce que les politiciens veulent bien qu’ils disent.

    (0)
  10. Billy Bob

    Complètement déconnecté de la réalité… Comme Clique l’a dit, c’est la manière de recevoir et consommer l’informations qui a changé.

    (0)
  11. question

    Je ne comprends pas pourquoi ils veulent pas mon service de dire le fabricant de chandelles ou le vendeur d’huile à lampe

    (-5)

Les commentaires sont fermés.