Le nouveau mot du jour…

Une exigence de Judith ou un simple hasard?

Le mot du jour: AUTRICE!!!!

 

Commentaire inutile à m’envoyer: on apprend des choses ici!

48 réflexions au sujet de « Le nouveau mot du jour… »

    1. M.Pipi

      Ça nous reproche tout le temps de ne pas évoluer mais ça nous ramène des niaiseries du 16e siècle. Ça veut éliminer les genres mais… contradiction… ça exige un terme qui se différencie de la consonance masculine. Pu capable

      (13)
    2. Un homme plus intelligent que vous

      C’est toujours ridicule de voir quelqu’un sans culture se moquer de la culture des autres. Auteur avec un e est ridicule, on ne féminise pas les substantifs en ajoutant un e à la fin. Autrice se trouve en effet chez des auteurs du XVIe et XVIIe siècle. Si je ne me trompe je l’ai déjà vu chez Chapelain ou chez Brantôme. D’ailleurs, le mot apparaît dans les documents officiels de l’université de Sherbrooke. Généralement les noms en teur ont pour féminin des mots en trice ou en teuse. Pourquoi complexifier inutilement la langue française? C’est comme les chercheure au lieu de chercheuse, ou les amateure au lieu d’amatrice. Hélas, il semble en effet que la populace illettrée et analphabète va réussir à imposer ses imbécillités et ses ignorances, contre toute raison et intelligence.

      (-3)
      1. Yannick

        Plus intelligent, ça reste à vérifier. Par contre, plus méprisant et pédant, certainement.

        Ton argument qui consiste à ressortir une formulation datant 300 ans me semble assez douteux. Les langues sont vivantes et évoluent à travers les époques. Personnellement, il me semble plus pertinent de m’en remettre aux références actuelle (le dictionnaire, en l’occurrence), que de sortir une vieille formulation vétuste du 16ième siècle pour étayer mon point.

        (2)
        1. Un homme plus intelligent qui vous (et un peu méprisant)

          Le problème c’est qu’auteure a été imposée de force, alors qu’on aurait pu imposer autrice, qui aurait fini par redevenir naturelle avec l’habitude. L’habitude fait tout. Pensons à courriel aujourd’hui naturel, mais qui était bizarre il y a encore quelques années. Et on reproche avec mépris à ceux qui voudraient aujourd’hui imposer, comme l’ont fait les autres, cette autrice de le faire. C’est un non-sens. Déjà que de vouloir féminiser un mot que l’usage avait fait non marqué était capricieux : on dit une dupe pour un homme, un mannequin pour une femme, pourquoi pas un auteur pour une femme ; mais bon, on peut tout de même comprendre, passons. (Notons que Boileau avait déjà dit ironiquement une auteur sans e). Perso, je refuse de jeter les modèles qui fondent notre civilisation et faire table-rase de tout comme certains. Ces modèles quelque ancien qu’il soit sont les fondements de notre culture qu’on essaie de saper aujourd’hui. Si on peut y puiser de bonnes choses, pourquoi ne pas le faire?

          Bref, c’est ici une question de logique de la langue, comme je l’ai dit, un point c’est tout. On se plie sous des féministes enragées qui imposent leur caprice du moment avec ce e ridicule. Les dictionnaires ne font que refléter les usages, même si ceux-ci sont fautifs. Pourquoi ne pas faire d’effort pour corriger ces usages fautifs, quitte à avoir les deux formes qui se côtoient, et se moquer de ceux qui le font? C’est insensé.

          (0)
  1. Vital Laforce

    Judith Lussier va venir nous dire que les gens se plaignent à tort qu’on a plus le droit de rien dire et va venir à la défense du politically correct, des safe spaces et se plaindre une xième fois des trolls. Tellement prévisible. Le disque commence à être usé un peu.

    (35)
      1. hellophone

        On devrait la remettre à sa place, après tout elle est blanche, née ici, francophone et même pas trans. Come on on est en (année courrante)!

        (11)
  2. El Tacos

    Judith lussier… Son essai s’applique à son groupe qui tente de museler tous ceux et celles qui ne sont pas en parfaite symbiose avec eux?

    (31)
    1. Oui, ok, ok

      Ben en fait, elle parle pas mal de tous ceux qui, comme toi, qui essaient constamment de se faire passer pour des victimes de censure, à tort évidemment.

      (-8)
  3. Vite un psy pour analyser le cas de la perpétuelle enragée persécutée Judith Lussier

    Autrice au lieu d’auteure, c’est non.
    Personne handicapée au lieu d’infirme, c’est non.
    Premières Nations au lieu d’Indiens, c’est non.
    Sans-abri au lieu de clochard, c’est non.
    Non-voyant au lieu d’aveugle, c’est non.
    États-Uniens au lieu d’Américains, c’est non.
    Afro-Américain au lieu de Noir, c’est non.
    Migrants au lieu d’immigrants, c’est non.

    Les pauvres Judith Lussier de ce monde se ridiculisent à tenter de nous imposer leur vocabulaire de vieilles filles coincées avec un balai dans le derrière.

    (18)
      1. Texas Holden

        Le nom de leur pays ce n’est pas États-Unis, c’est États-Unis d’Amérique. On dit bien Mexicains pour les habitants des États-Unis mexicains, alors on dit Américains pour les habitants des États-Unis d’Amérique. Ç’a toujours été ça leur gentile, ma pauvre chouette, ils ne vont pas changer leur nom juste pour te faire plaisir t’sais.

        (-1)
    1. Ta mère

      Autrice au lieu d’auteure = faudra t’y faire, au même titre que narrateur/trice, educateur/trice
      Personne handicapée au lieu d’infirme = un infirme est handicapé, mais pas nécessairement l’inverse.
      Premières Nations au lieu d’Indiens = criss oui, pour tellement de raisons.
      Sans-abri au lieu de clochard = question de respect. Le terme clochard est reducteur.
      Non-voyant au lieu d’aveugle = à la limite d’accord, j’ai pas d’argument.
      États-Uniens au lieu d’Américains = oui, un canadien, tout comme un mexicain est aussi américain qu’un états-uniens. L’Amérique n’appartient pas au Etats-Unis.
      Afro-Américain au lieu de Noir = oui, parce que sinon c’est mettre tout le monde dans le même panier. La couleur de peau ne définit pas une personne.
      Migrants au lieu d’immigrants = oui, parce qu’il y a une différence entre les deux. Migrer : se déplacer vers un autre lieu, effectuer une migration. Immigrer : venir se fixer dans un pays étranger au sien.

      (-3)
  4. Budfox

    Moi cest le mot “S’APPROPRIER/REAPPROPRIER” qui m’énerve. C’est toujours le même genre de “monde” qui l’utilise.

    (13)
  5. une

    “sniff sniff on peut même pu rien dire sur les réseaux sociaux!!! les maudits jambons des villages éloignés ne veulent pas embarquer dans ma propagande anti-blanche, anti-occidentale qui est le reflet de mes problèmes mentaux et de la haine que j’ai pour mes parents! seigneur vite il faut bannir le monde qui sont pas gauchiste!!!”

    (5)
  6. ayoye

    Il faudrait qu’elle aille propager la “bonne nouvelle” dans les pays qui en ont cruellement besoin, Libye, Syrie, Irak, Soudan, Nigéria, etc…

    (4)
  7. Oh que oui

    Autrice, c’est pas un peu trop genré ça? Il faut trouver un terme plus inclusif et plus respectueux des différences sexuelles. Pourquoi pas « autricelui »? « Auteurellelui »? « Autricelleux »? « Auteurettelleceluileux »?

    D’autres idées?

    (4)
  8. Capitaine Évident

    A. Les sexes sont une construction sociale.
    B. Les femmes doivent se réapproprier “autrice”.

    Quelle affirmation va gagner? Elle ne peut pas prendre les deux….

    (4)
  9. Mr Fru

    J’ai hâte de voir quel invité va la contredire sur ses arguments de féministes extrémistes qui défendent pas les femmes ailleurs dans le monde! Sinon Guy A va surement le faire lui-même, il est pas barré lui..

    (1)
  10. Bainderobert

    Les gens ne comprennent pas la violence extrême qu’il y a derrière cet horrible mot d’auteure. Les phallocrates fascistes qui l’utilisent ne réalisent pas à quel point il infériorise la femme en la réduisant à un vulgaire tas de viande. Autrice est infiniment plus respectueux.

    (-1)
  11. Billy Bob

    Je vois le mot autrice un peu partout depuis un boutte. J’pense pas qu’ils ont utilisé ce mot spécialement parce que l’autre était invitée.

    (-5)
  12. Patate

    Nous n’y sommes pas habitué, on trouve ça laid, mais il s’agit effectivement d’un vieux mot qui est revenu il y a quelques temps déjà… Rien ne nouveau là-dedans!

    (-7)
    1. Yannick

      Pourtant, j’ai vérifié dans quelques dictionnaires en ligne (je ne les ai pas tous fait) et on ne trouve pas “autrice”, mais “auteure”.

      (14)
  13. Ginette Paquette

    La Clique aime tellement ça “haguir” TLMEP, qu’il commence le jeudi à faire sa critique juste en lisant le nom des invités…

    (-16)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *