24 réflexions au sujet de « Un nouveau cas de censure au Québec! »

  1. Vital Laforce

    Peut-on avoir un contexte ou plus de détails Clique? C’est ben beau faire des copié/collé de tweets ou de post Facebook mais un moment donné ça prend un peu plus…

    (49)
  2. Contexte

    il y a onze mois:

    Un roman controversé remis en vente malgré l’enquête

    https://www.tvanouvelles.ca/2018/04/27/un-roman-controverse-remis-en-vente-malgre-lenquete

    ” Jusqu’à aujourd’hui, elle n’était toutefois plus disponible sur les étals des libraires et des grandes surfaces en raison d’une plainte formulée à la police en janvier par une enseignante.

    La Sûreté du Québec a procédé à l’enquête et soumis le dossier au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) en février. Depuis, c’est silence radio. «Le dossier est sous analyse», s’est limité à commenter le porte-parole Jean-Pascal Boucher. ”

    Une enseignante a déposé plainte à la police parce qu’il y a une scène d’un viol d’enfant. (C’est un livre d’horreur.) C’est la maison d’édition qui a volontairement décidé de retirer temporairement le livre durant quelques mois en attendant la suite des choses.

    On présume que le Directeur des Poursuites a décidé de déposer des accusations contre l’éditeur. C’est du n’importe quoi.

    (10)
    1. Le Chat à la bibliothèque

      Merci de nous éclairer. C’est rare qu’on apprend quelque chose ici…

      Je peux très bien comprendre qu’on cherche à lutter contre la pédophilie et la pédo-pornographie sous toutes ses formes, c’est nécessaire.

      Mais c’est vrai que dans le cas de la littérature c’est assez délicat.
      Si on peut présumer de la probité de l’auteur dans ce cas, où le scénario et la non répétition justifient cette scène, on peut aussi présumer que d’autres auteurs moins bien intentionnés pourraient y voir un moyens de tirer profits de leurs pulsions déviantes et les diffuser…

      Mais d’un autre côté, si on commence ça, y a une couple de livres de Sade qui vons finir par retrouver leur chemin vers l’index.

      (9)
      1. GBS

        C’est justement,être l’éditeur et avoir a me défendre dans un tel cas,j’invoquerais le fait que les livres de Sade sont vendus et circulent librement alors que ceux-ci décrivent de façon très détaillées des viols d’adolescentes,des tortures et beaucoup plus.

        (1)
      2. Non.

        «on peut aussi présumer que d’autres auteurs moins bien intentionnés pourraient y voir un moyens de tirer profits de leurs pulsions déviantes et les diffuser…»

        Non, on ne peut pas. Ils font déjà bien pire malgré les lois, désolé d’être celui qui vous l’apprend. Suffit de suivre un peu l’actualité locale et parfois internationale pour s’en rendre compte.
        Bref, comme d’habitude, le plaidoyer pour l’efficacité de la censure est bien faible, mais notre époque étant ce qu’elle est…

        (0)
  3. Tout ça pour ça ?

    Pour savoir de quoi il est question:
    LES CONTES INTERDITS – HANSEL ET GRETEL
    YVAN GODBOUT
    9782897861469
    19,95 $
    DISPONIBLE
    Une mère désespérée surprenant l’innommable dans le quatre pièces et demie miteux qu’elle partage avec son salaud et leur couple de jumeaux.
    Un frère et une soeur télépathes ayant sauvagement perdu leur innocence, avidement convoités par les serviteurs de Satan.
    Une adolescente rebelle à l’enfance éclatée servant de guide dans une métropole abritant anges et démons.
    Un prêtre et une sorcière cherchant à accomplir la plus ancienne des prophéties du Necronomicon.
    Deux enfants comprenant que, si Dieu est une pure invention humaine permettant de vivre d’espoir, le diable lui, existe bel et bien.

    (9)
  4. faquebouque

    Dans le dernier roman de Houellebecq, il y a une scène de pédophilie. Houellebecq n’a pas été arrêté et le roman est en vente partout au Québec.

    Quand les flics se mêlent de littérature…

    (5)
  5. jos bine

    À quand le bannissement de “it” de Stephen King qui décrit aussi une scène de viol d’enfants?

    Si on commence ça on a pas fini…

    (2)
  6. Un peu de français, bordel de merde !

    Ce ne sont pas les inventaires qui ont été saisis. Ce sont les stocks.
    “Il ne faut pas confondre « inventaire » et « stock ». Le second, qui est un mot français depuis… 1656, désigne la quantité de marchandises que l’on a en réserve, surtout dans le secteur commercial. Le premier, encore plus ancien (1313), est pourtant d’un maniement plus délicat en milieu bilingue à cause de son faux ami anglais inventory et du chassé-croisé de celui-ci avec l’autre membre du couple (stock), notamment dans l’expression to take stock qui, en commerce, signifie… faire l’inventaire!

    L’inventaire, en effet, est toujours un dénombrement (de biens, articles, marchandises, valeurs, etc.) ou un recensement (de connaissances, espèces, variétés, particularités, etc.). Le terme désigne aussi bien l’action (dresser ou faire l’inventaire d’un magasin; procéder à l’inventaire d’une succession) que le résultat de celle-ci, c’est-à-dire la liste ou l’état descriptif qui doit en résulter, mais en aucun cas les objets sur lesquels porte l’action ou qui sont énumérés dans l’état en question. C’est pourquoi il est incorrect de parler d’articles «en inventaire» ou de dire qu’on renouvelle «l’inventaire» d’une usine.

    Ainsi, s’il est possible de faire l’inventaire du stock d’un magasin ou des stocks d’une entreprise, il est tout à fait impossible de stocker… un inventaire! Il convient donc, en résumé, de se rappeler la notion clé de chacun des termes : liste pour inventaire et choses en réserve pour stock.”

    (0)
  7. Le Pacte pour la censure, pour le bien de la plèbe.

    « Le Pacte pour la non transgression. Communiqué pour diffusion immédiate: il est de première importance, que toute fiction, quelle soit littéraire, théâtrale ou cinématographique; est dorénavant pour sujet: l’Écologie et l’Engagement Citoyen! Aucune autre forme doctrinal ne sera tolérée par nos sympathisants signataires! Dans la frénésie de notre grand projet idéologique d’un Empire éco-environnemental de mille ans, le Conseil des Zarts et des Lettres du Québec nous a donné son appui inconditionnel! Et rejettera à partir d’aujourd’hui, tous dossiers d’artistes dont le sujet n’inclura pas au moins 50% d’un thème propre à la dévotion écologique et l’exaltation de la ferveur partisane, mue par un fanatisme éco-citoyen! » – Sa sainteté auto-proclamée Mahatma Champagnette

    (0)
    1. kuntsplaineuse

      Appropries-toi de toute!!

      (sauf quand ça devient exigeant physiquement et mentalement, alors là faut demander l’aide de ces maudits hommes détestables!).

      (-4)
  8. M.Pipi

    Clique tu pourrais faire une dénonciation de censure de ton ami Jeremy car ta tentative de relancer sa campagne de socio-financement s’est soldée par un échec.

    (-4)
  9. Quand le tribunal populaire s'en mêle

    J”aimerais rappeler à M.Bergeron que nous vivons dans un état de droit.C’est à la justice de décider, si oui ou non, le passage décrivant l’agression sexuelle d’une enfant, est un crime ou pas.

    (-4)
    1. Un neuf à la coque

      Logiquement il ne peut pas y avoir de crime s’il n’y a pas de victime.

      Pour le reste, ce n’est pas le rôle de la Justice de nous faire la morale sur ce qu’on décide d’écrire.

      Décrire un crime, ce n’est pas le commettre.

      Criss que j’tanné des caves.

      (2)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *