Bon ben on oublie ça pour le Coup d’État…

L’organisateur prend une pause!

Commentaire inutile à m’envoyer: c’est la pluie, c’est clair!

26 réflexions sur « Bon ben on oublie ça pour le Coup d’État… »

    1. L'inconnue peut-être célibataire qui l'a traité d'ostie de malade mantal et qui n'a jamais vraiment cru en lui non plus

      Nennon, c’est “mantal” qu’il faut écrire.

      Passe une manifique journée quand même.

      D’un vieux de la veille comme on appelle dans le gargon militantisme.

      (4)
    2. Laissez-moi vous compter ma journée

      Je ne l’ai pas lu. Est-ce qu’il s’est au moins rendu jusqu’à quatre?

      (2)
  1. Jambon révolutionnaire

    Tu devrais en vouloir à Jesus t’avoir fait de toi un être si cave, quoiqu’il a laissé le libre arbitre pour que tu puisses changer, mais bon le déterminisme social est fort et me laisse peu d’espoir. Du moins, ça reste de la croyance, il faudrait que quelqu’un un jour fasse l’effort de le démontrer.

    Ton coup d’Etat est de la clownerie, de la minute que tu prendras le Parlement et cela n’arrivera pas, la police et l’armée ça venir te tasser et tu iras faire le délice des prisonniers dans une prison. II faudrait que tu es une majorité d’individus déterminés de la population pour pouvoir renverser le gouvernement par une révolution, mais tu ne convaincras jamais assez de gens avec tes théories débiles. De plus, cette société quoique injuste sur bien des aspects est tout de même suffisamment confortable pour donner l’impression de tout perdre si nous nous révoltons, ce qui n’est pas le cas dans les pires dictatures donnant l’impression de tout gagner en le faisant. Tu peux toujours te présenter aux élections avec un parti politique pour former un gouvernement majoritaire pour changer la société, mais les gens voteront pas pour toi. Tu peux toujours étudier en droit, être avocat pour changer quelques lois juridiques en prenant différentes causes ou encore devenir juge pour changer quelques lois, mais tu devras alors retourner à l’école finir ton secondaire et avoir des bonnes notes par la suite au Cégep et l’université, nous pouvons toujours rêver. Prend ta pause et retourne à l’école.

    (24)
    1. Alerte au mongol

      Ah c’est nouveau, ce sont les juges qui changent les droits ? Taré ! Un cave qui ne peut s’exprimer correctement tant par sa syntaxe que ses fautes d’orthographe devrait se taire. Et je ne parle que de la forme. Que dire du fond ? Lamentable !

      (-19)
  2. Un gars blasé

    Des vieux de la veille… ou des jeunes du lendemain de veille? Pas facile à suivre le “gargon millitantisme”.

    (24)
  3. Chien sale

    “On était le triple à ma première manif y’a 5-6 ans”. De 15 dividus on passe à 5, méchante perte de vitesse et une cause qui rallie .000002 % de la population. Tu fais bien de prendre une pause, deviens apiculteur ou autre chose.

    (23)
  4. Marche Lamarche

    Même en Haïti, ils sont plus compétents qu’eux-autres pour faire des coups d’État. C’pas des cr… de farces.

    (12)
    1. Un autre Sot-Veur... La suite...

      J’étais seul avec moi-mëme…

      À Québec, le 8 mai 1984, il s’introduit armé et en uniforme militaire dans l’hôtel du Parlement du Québec, dans le but avoué d’assassiner René Lévesque et ses députés du Parti québécois, tuant sur son passage trois personnes et en blessant treize autres, avant de se laisser capturer le jour même sans avoir pu réaliser son dessein, n’ayant atteint aucun député.

      Évaluation psychiatrique
      Selon le psychiatre Pierre Mailloux, un des experts au dossier, devant la Cour, Denis Lortie souffrait alors de schizophrénie paranoïde. Il aurait donc organisé son crime à la suite d’un délire psychotique. Lortie croyait agir selon la volonté de Dieu et il disait suivre une lumière.

      Encore…

      Le 4 septembre 2012, à 23 h 58, un homme armé, Richard Henry Bain, s’approche de l’entrée des artistes située à l’arrière du Métropolis, une salle de spectacles du centre-ville de Montréal où sont réunis des partisans du Parti québécois fêtant l’élection de Pauline Marois comme nouvelle première ministre du Québec le soir de l’élection générale québécoise de 2012. À l’extérieur, le suspect tire une seule balle qui atteint deux personnes. Denis Blanchette, un technicien de scène des Productions du Grand Bambou âgé de quarante-huit ans, meurt sur le coup. Dave Courage, un autre technicien de scène âgé de vingt-sept ans est hospitalisé dans un état critique. Il est opéré dans la nuit et est déclaré hors de danger le lendemain. L’arme du tireur s’est enrayée ne permettant pas à l’assassin de décharger ses balles.

      Faut arrêter de les exciter…
      C’est assez…

      (0)
  5. Leurre Juste du Camionneur

    Ce qui le plus malade, ce gars ou ceux qui pense vraiment que le Québec est menacé d’un coup d’État par les “coucous”.

    (0)
  6. Observateur

    Bon voyez que des cas isolés ,Y’en a pas de groupes de milices extrêmes droite organisé au Québec,ceux qui disent le contraire sont des mythomanes d’extrême gauche .

    (-3)

Les commentaires sont fermés.