42 réflexions sur « Duel improbable entre Olivier Primeau et… Biz sur Twitter! »

  1. J'dis ça de même!

    Primeau n’est pas le crayon le plus aiguisé de l’étui.
    Il peut s’estimer excessivement chanceux que son riche pôpa soit né avant lui.

    56
    4
    1. C’est pas de la chance...

      Que son père soit né avant lui c’est comme inévitable…même super pauvre.
      Qu’il soit chanceux que son père soit riche par contre, c’est vrai que ça peut vraiment aider…

      9
      15
    2. Ma vieille jument est pas ce qu'a a déjà été

      Pendant combien de temps quelqu’un qui se fait aider par “papa” pour partir sa business doit se le faire remettre sur le nez?

      Pas que je veux défendre Primeau en particulier, mais c’est toujours bien lui qui “roule la shop” au jour le jour. Il est chanceux d’avoir eu le financement de papa? Certainement. Tout comme celui qui sait tirer les ficelles pour avoir les bonnes subventions pour partir une entreprise.

      12
      15
      1. Biz...Le Franco...

        Biz
        noun Informal.
        business:
        How’s the used car biz these days? Her brother’s in show biz.

        biz
        1. argot
        To be just the biz – Etre au quart de poil

        BIZ – L’arroseur qui sait Bien S’Arroser

        11
        4
  2. Le Hibou à bout

    Rien ne fait plus petit peuple qu’un Québécois qui truffe sa langue de mots anglais et qui, lorsqu’il se part une entreprise, lui donne un mot anglais car il croit que ça marchera mieux ainsi. Nous sommes les héritiers d’une aventure unique en Amérique, une singularité dans la géographie nord-américaine et anglo-saxonne, et certains semble souhaiter ardemment mettre fin à cette exception québécoise pour se fondre dans la masse de 350 millions d’Anglos nous entourant. Devenir une province banale, une Ontario de l’est, une Louisianne du nord…beau projet.

    46
    6
    1. Portrait du colonisé

      La colonisation commence toujours par produire ses effets sur les esprits les plus faibles.
      -Albert Memmi

      8
      1
      1. La mère de God (qui a honte de son pauvre fils)

        Toujours dans le champ avec tes commentaires. Bravo pour ta grande rigueur à avoir l’air cave.

    2. La souveraineté : ben non voyons donc.

      Entre une culture woke francophone qui se base sur du : Sofia Nolin / Hubert Lenoir / Débile (Anti-loi 21) Bilodeaux…

      Ou une culture franglaise à la TiViA qui se base sur du : Qui perd gagne / Les anges de l’anglicisation / Du doublage à revendre…

      Le choix est difficile. Surtout quand on est si confortable dans notre rôle de colonisé canadien-français soumis.

  3. Poils de carottes!

    Imaginez, même Sophie Durocher, dans sa chronique de ce matin, a réussi à remettre Primeau à sa place.

    14
    6
  4. Vital Laforce

    Si jamais Olivier Primeau a des enfants, Dieu nous en garde, ils va probablement les appeler Kimberley, Steeve, Keveun, Mitch, Billy-Joe ou peut-être même Wolfie.

    Le gars parle de sa pizzeria comme si il s’agissait d’une multinationale.

    35
    2
    1. Yé 3 heures ! Last call !

      Primeau l’insignifiant devrait suivre sa logique et faire une demande pour changer son prénom et son nom au Directeur de l’état civil par Amazon Prime …

      6
      2
    2. Pistache fermée

      Sa notoriété en dehors du Québec est inexistante, on lui souhaite bonne chance pour percer le marché américain de la pizza. C’est pas exactement un marché sous-exploité mais qui sait, s’il travaille fort peut-être qu’il peut faire mal à Domino’s ou Pizza Hut…

      1. Toxic White Man

        Y’en a pas, c’est un castré efféminé (et plus précisément, un homoncule) qui courtise les féministes sur les plateformes médiatiques pour vendre ses livres d’homoncule.

        Un vrai Québécois bien de son temps, quoi.

        4
        2
  5. Les vendus

    « Primo et Bizzz ont un point en commun: tous deux vendent de la médiocrité; un en siphonnant l’argent de papa, l’autre en tétant des subventions gouvernementales. » – Léo-Paul Lozon

    11
    4
  6. Mélanie Hallé, RAD St-Hyacinthe

    Par respect pour la langue française ainsi que pour mon estomac je n’en achèterai pas de ses produits.

    De plus par respect pour ma propre personne je n’ai jamais mis les pieds au “beach club”

    7
    3
  7. Le quinqua aux sourcils noirs

    « Bravo pour cette intervention de notre adoré et formidable Bizzz, collabo régulier à Plus on est de subventionnées, plus on rit! Et qui, grâce à mon émission de propagande multiculturelle fédéraste: détient le record du plus grand nombre de bourses du CALQ et de subventions gouvernementales pour un intervenant de la variété! » – Marie-Louise Arsenouille

    10
    4
    1. Le disquaire de Pigalle qui cherche désespérément des vinyles de Plume

      Waw, cette version est moins scratchée que la mienne!

      1
      1
  8. Honda, Toyota, Suzuki, Hyundai, Sony, Samsung, Fuji, Mitsubishi, NIssan, Mazda, Renault, Nestlé, Ikea, etc.

    Ben oui, mon épais de Primeau, ça prend un nom anglais pour réussir en affaires…

    1
    1
  9. La bête du lac

    On s’en sacre du nom de l’entreprise. Le vrai problème c’est quand dans la dite Cie la langue de travail est l’anglais. mettez dont les efforts là-dedans.

    3
    4
  10. Jambon exotique

    Monsieur Primeau fait ce que d’autres avant lui ont fait, il tente de vendre un produit de malbouffe comme d’autres avant lui. Combien de marque de pizza, de lasagne et de bines qui font péter encombre les rayons d’épicerie. Que ce soit en anglais, en chinois ou en arabe ce beau prince en a rien à foutre de sa langue et sa culture, il veut vendre sa poutine à tout prix. Son produit est égal à lui même, il constipe, est peu nutritif et dans certain cas donne envie d’aller se vider le gros intestin au lieu de le boucher, tout comme ce monsieur. Quel est son nom au juste Primaire ou Primeau?

  11. Un Indien dans l'Advil

    Je vote pour changer le nom de Pointe-Calumet en Calumet Point. Ça serait plus vendeur pour le Beachclub, me semble.

  12. fifi

    Primeau est juste en retard de 30 ans. Aujourd’hui si tu veux être ”in”, si tu veux te démarquer, tu parles dans ta langue et tu respectes ça. Un peu comme Brown a fait avec Favori. Pas de vendus et de colons des années 90. Je suis plus attirée vers les gens qui s’affirment que par les ti-couns colonisés aplaventristes qui sont complètement passés de mode.
    À new-York, la tendence est de privilégier les gens qui s’annoncent dans leur langue et non ceux qui ont un complexe d’infériorité par rapport à leur culture. Tout ça est complètement ”out” pour ce qui est des marques de commerce. Primeau ne s’affirme pas et le fera probablement dans quelques années étant donné qu’il est un peu en retard sur les nouvelles tendances.

    1
    1

Les commentaires sont fermés.