Une ministre de Justin Trudeau utilise l’expression « nos frères » en parlant des Talibans.

La Ministre des Femmes et de l’Égalité des genres et du Développement économique rural… C’est juste moi où???

 

Commentaire inutile à m’envoyer: on est tous des frères!

33 réflexions sur « Une ministre de Justin Trudeau utilise l’expression « nos frères » en parlant des Talibans. »

  1. Batoche

    Ça ne fait que confirmer ce que tous savaient déjà: les Libéraux Canadiens sont d’authentiques islamo-compatibles.

    1. ouch

      Les libéraux sont la représentation de la clique cosmopolite qui depuis 1945 veut mettre sur pied tout le contraire du modèle national-socialiste : ne plus avoir de société blanche et homogène, ne plus avoir d’élitisme, rejeter toute forme de solidarité ethnique chez les blancs, mais proumouvoir cette même solidarité chez les non-blancs, etc…

      La liste est longue de tout ces parallèles, mais en gros, c’est d’implanter un modèle inversé. Ceux qui étaient dominés sont glorifiés. Et ceux qui étaient glorifiés sont dominés.

      1. L'Abbé Dène

        Friedrich Nietzsche, dans la Généalogie de l amorale, décrit bien cette tensin entre la morale de l’esclave et la morale du maître; la dévaluation des valeurs était un des thèmes centraux de sa pensée.

        https://en.wikipedia.org/wiki/Master%E2%80%93slave_morality
        Nietzsche saw democracy and Christianity as the same emasculating impulse, which sought to make everyone equal by making everyone a slave.

    2. Le jugement de batoche, le sac à vidange de provigo

      Tu iras dire ça dans la face des soldats canadiens en mission en Afghanistan et aux parents de soldats qui ont un fils ou une fille mon jambon.

      1. Batoche

        Que j’aille leur dire quoi? Que les libéraux sont trop mous devant l’islamisme? Je pense juste qu’ils vont être fortement d’accord. 🤷

      1. Pas fou, ce allah !

        Allah demande qu’un musulman salue un autre musulman par l’appellation Mon frère. Comme ça on reconnait ceux qui sont fiables (halal) de ceux qui sont tuables (haram).

    3. Saluons nos frères talibans, Justin and co.

      On vous a menti depuis 20 ans sur ce qui se passait en Afghanistan. Ne vous attendez pas à ce qu’on vous dise la vérité sur ce qui s’y passe maintenant.
      Bienvenu au Canada, mes frères.

  2. Très heureux d'être un Homme : Ève fera encore une fois la même Erreur.

    La force de frappe est claire, mais présentement un peu mise à l’écart par la crise du COVID.
    Féminisme intersectionnel = Immigrants + LGBT.QWSZRT (etc) +Femmes : TOUS Contre l’Homme Blanc.
    Résultat : Totale destruction de l’Occident, SUBVENTIONNÉE par les divers Gouvernements.
    C’est terminé les amis. Attachez vos tuques… le pire s’en vient.

  3. Advil Charkafouine qui rit dans sa barbe

    « Comme elle est inspirante et courageuse de reconnaitre ouvertement ses frères! Je vais demander à mes recherchistes non-genré de l’inviter à mon émission! » – Pénéfloppe

  4. Grand patriote ultra identitaire islamo-chrétien de gauche

    La madame est d’origine afghane. Ce sont effectivement ses frères. Donc nos frères. Comme les sihks sont nos frères. On a des frères partout. La keunadah c’est le fils de Starbuck.

  5. Territoire à céder

    « Elle a tous les prérequis pour faire partie de mon équipe! » – Valery Planque for Project Exode Montreal

  6. Une femme honnête

    Ce sont nos frères….

    C’est elle qui le dit ,elle doit quand même mieux connaître sa culture ,religion ,histoire ,que les wokes québécois.ses , qui nous traite toujours de phobiques .

  7. Narcisse Liberal

    C’est probablement une question de temps avant que Justin enfile ses babouches pour aller négocier avec les “frères” du parti libéral.

  8. Rodney Dangerfield

    C’est du mépris envers nos militaires qui sont allés en Afghanistan. Cette ministre doit être démise de ses fonctions immédiatement.

  9. Et c'est pas fini!

    La fille-type pour parler des Talibans comme étant des frères.
    La woke Libérale anglophone en manque de culture générale qui dit n’importe quoi pourvu que ça fasse gauchiste. Belle petite pelure de banane pour Justin.

  10. Brobert

    C’est clair dans le contexte qu’elle s’adresse à “ses frères” dans une formule de politesse et sans doute pour souligner qu’elle est afghane. C’est une femme non voilée active en politique ce n’est pas une talibane.

    Le truc affligeant dans ce commentaire c’est qu’elle agisse comme si une bande de guérilleros à l’autre bout du monde aient quoi ce soit à foutre qu’une bonnefemme leur demande d’être gentils avec leurs ennemis. C’est comme la secrétaire de presse de Biden qui a rappelé aux talibans que la communauté internationale les regardait et qu’ils devaient bien se comporter pour être respectés. Certaines s ne semblent pas comprendre qui a le pouvoir entre elles et des gars avec des kalachnikovs entre les mains.

  11. Un taliban avec un fond romantique.

    Si je savais parler aux femmes
    Je lui parlerais si doux
    La bouche à peine ouverte
    Ma main sur ses genoux
    Si je savais parler aux femmes
    Je lui parlerais si bas
    Qu’elle devrait pour m’entendre
    Se pencher un peu vers moi
    Et mon souffle très chaud lui chaufferait le cou
    Mon front trop mouillé lui tremperait la joue
    Nos cheveux mêlés, nos mains moites et nues
    Et de bouche-à-bouche
    M’aimes-tu? (m’aimes-tu?)
    M’aimes-tu?
    M’aimes-tu? (m’aimes-tu?)
    Si je savais parler aux femmes
    Je lui parlerais tout près
    Comme un pendant d’oreille
    Pareil à un secret
    Si je savais parler aux femmes
    Je ne dirais presque rien
    Je parlerais comme à l’église
    Avec les yeux et les mains

  12. Ça passait mal, d’accord...mais

    Sa mère a fui l’Afghanistan en 1995, quand sa ville, Herat, est tombée aux mains des talibans. Sa mère a fui pour la protéger, elle, parce que des conquérants barbus et enturbannés se bousculaient pour l’épouser. Elle avait 10 ans.
    Alors, s’il y a une personne au Canada qui sait de quoi les talibans sont capables, une personne qui doit détester ces obscurantistes de tout son être, c’est bien elle.
    c’était une référence culturelle. Dans le monde musulman, on appelle les hommes des frères même quand ils ne le sont pas. Même quand on ne les aime pas.

Les commentaires sont fermés.