La réponse de François Lambert au pleurnichage de Tire le Coyote à propos de Spotify!

Tire le Coyote… has been!!!!

Commentaire inutile à m’envoyer: Tire le Coyote a un nouvel album? (personne)

17 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ah bon !
Ah bon !
1 mois il y a

Quand est-ce que tous ceux qui se qualifient d’artiste vont comprendre que ça se peut que ça marche…et que ça se peut que ça marche pas leurs affaires…pour ceux de deuxième catégorie…ben foutez nous la paix et faites d’autres choses pour gagner votre vie…

Ho! Ho!
Ho! Ho!
1 mois il y a
Répondre à  Ah bon !

C’est vrai qu’il y en a des pas bons qui ne méritent pas de vivre de leur art.

Mais ça ne veut pas dire que le modèle est fair. Aucun doute que les artistes sont à la merci de l’industrie qui se rempli les poches sur le dos des créateurs. Une fois la plateforme créée, ils ne créent plus rien. Mais font un max de cash

D Babounne
D Babounne
1 mois il y a
Répondre à  Ho! Ho!

C’est juste la game et les profiteurs qui changent. Avant c’étaient les compagnies de disque qui exploitaient les artistes maintenant c’est Spotify, Apple et autres géant numérique de ce monde. Comme quoi plus ça change plus c’est pareil. 😉

Romeo Perruche
Romeo Perruche
1 mois il y a

Businessman qui parle. Sauf que Tire le coyote a besoin de talent, pas de visibilité. C’est plate du Tire le coyote.

Anyway, les artistes francophones n’ont presque aucune chance de devenir riche. Trop local, trop provincial comme produit. Essayez vous en anglais

phil
phil
1 mois il y a

Tire le Coyote, le gars qui chante avec une voix qui vient de son foie ? Jamais entendu rien d’aussi pénible à entendre, même SN.

Bob cashflow
Bob cashflow
1 mois il y a

Le coyote ne comprends pas qu’il ne soit pas millionnaire avec ses tounes plates et 231 disques vendus ???

Répondons
Répondons
1 mois il y a
Répondre à  Bob cashflow

Ça fait au moins 15 ans que les disques ne rapportent plus.

Même les artistes ultra populaires ont changé leur modèle d’affaire.

Jadis, on faisait des spectacles pour vendre des disques.

Maintenant, on produit des albums pour faire des spectacles (c’est ce qui est payant).

Rich the Bitch
Rich the Bitch
1 mois il y a

ce que dit Lambert, finalement, c’est « trouve toi une vraie job »

Le Club des Jambonneaux juteux
Le Club des Jambonneaux juteux
1 mois il y a

C’est quoi « Tire le coyote »? Un groupe de citoyens de Pointe-aux-Trembles qui a peur des gros chiens?

La Clique des cocus
La Clique des cocus
1 mois il y a

Si tu veux un salaire stable, va chez provigo

Coco Douglas
Coco Douglas
1 mois il y a

Clique, visiblement tu as 16 ans et tu sur-utilises le mot has been. Petit cours ici sur la culture québécoise, Tire le coyote ne sera jamais une grande vedette avec un grand hit (donc jamais has been), mais il remplit pas mal ses salles (Le Grand Théâtre de Québec et 2 fois le Théâtre Maisonneuve notamment). Chanteur discret-champ gauche qui a son lot de fans. bienvenue!

Patricia
Patricia
1 mois il y a

François Lambert a tout à fait raison

Eh ben
Eh ben
1 mois il y a
Répondre à  Patricia

Ok. Mettons à l’épreuve ce constat.

Donc, on devrait encourager un nouveau paradigme qui permet uniquement aux artistes ultra-populaires de vivre de la musique ? Pas d’être riche, simplement d’en vivre.

Si ce paradigme avait été la norme dans les 100 dernières années, la grande majorité de la bonne musique qui a été faite au 20e siècle n’aurait pas vu le jour.

Rambo 3
Rambo 3
1 mois il y a

La tire d’érable dans la neige ,c’est bon ,mais dans le Q d’un coyote ,c’est moins bon !

Jorge Lewis Beau-Regèze
Jorge Lewis Beau-Regèze
1 mois il y a

Les modèles d’affaires comme Netflix et Spotify tuent la création indépendante et ne profite qu’à une forme d’impérialisme culturel, principalement américain. Même quand la création est espagnole, ça ressemble à de l’américanerie. Vous pouvez vous justifier par toutes les pirouettes semi-intellectuelles hypocrites que vous voulez, la gang de sous-éduqués incultes. Ça demeure une évidence pour n’importe qui ayant un minimum de culture générale.

Ta mère
Ta mère
1 mois il y a

« En marketing, tout est une question de visibilité »

Et c’est pour ça que Lambert nous donne son criss d’avis qu’on n’a pas demander partout.

vilain phenomene
vilain phenomene
1 mois il y a

je le trouve plutôt équilibré dans sa réponse…ceci étant dit, sur Spotify, quand tu écoutes une liste de lecture avec des gros noms et plus petits joueurs, et tu mets sur « shuffle », immanquablement, c,est toujours les gros joueurs qui sortent en premier…il faudrait écouter 1-2 heures pour atteindre
les moins connus