Archives par étiquette : Lucie Laurier

TLMEP à Paris!
5 avril 2010 - TLMEP

Un bon TLMEP, gracieuseté de la belle brochette d’invités français, car côté québécois c’était pas fort.

Émission, qui malheureusement nous a fait réaliser que Lepage n’est pas et ne pourra jamais être Ardisson. L’animation de Guy A. est à 100 mille lieues de ce qu’était celle d’Ardisson. Juste pour être sûr? L’émission n’a pas été diffusée en France… imaginez la honte?

Laurent Ruquier: Très bon, on a bien aimé l’échange sur le type d’entrevues faites en France versus celles faites au Québec. Il aime les gens qui sont francs. Tout le contraire de Guy A. Ça nous étonne que Guy A. ne lui ait pas demandé la définition d’être franc. Meilleur moment : une fois la carte de Dany lue, Ruquier se lève pour partir et… redonne sa carte à Dany. Belle façon de dire: c’est ben insignifiant ton concept de cartes.

Christophe Nick, Maxence Bilodeau et Christian Rioux : Discussion vraiment intéressante qui malheureusement était interrompue par les questions idiotes de Guy.A, aka ses recherchistes, aka André Ducharme. La réponse de Christian Rioux à la question de Guy A. sur le fait qu’un Québécois en France devient Français était priceless. Ou bien quand Guy A. a demandé à Bilodeau s’il est trop gentil avec nos artistes québécois et Maxence de répondre : pas du tout. Dans le genre : on n’est pas tous comme toi.

Thierry Ardisson: La Clique a toujours aimé Ardisson et ce n’est pas prêt de changer.

Frédéric Beigbeder, Dany Laferrière: correct, mais Beigbeder commence vraiment à être plus tranquille qu’avant.

Alain Chabat: Bonne entrevue en plus, son film sur les bébés a l’air bon. C’était drôle de voir Guy A. à tu et à toi , comme s’ils avaient gardé les vaches ensemble…ça faisait : je le connais , moi Chabat!

Orlan: oh boy!!! Qu’est-ce que c’est ça!!! La pire joke de la soirée revient à Guy A. La madame parle de l’obsession pour le Foot et Guy A. de répondre : vous pourriez faire une exposition “rien à foutre”. Vous voyez, foutre, foot!!! Un peu gênant. Sans grande surprise, les marionnettes assises dans le studio ont applaudi sans trop savoir pourquoi, même le colon avec le gilet des Nordiques!

Lucie Laurier : Entrevue la plus n’importe quoi qu’on ait jamais vue. T’as la fille qui joue dans Nitro et qui du jour au lendemain fait de la mise en scène à Paris tout en préparant un album. Réveillez-nous quelqu’un. Il y a ben des limites à prendre n’importe qui et la mettre sur un piedestal. Pourquoi il n’y a personne qui lui a dit : ben là, mise en scène, tu ne trouves pas que t’exagères un peu? On sait pas si c’était le track, mais elle avait l’air bouleversée et ça ne faisait même pas 2 minutes qu’elle était dans le studio.

Finalement, vous savez comment la Clique n’est pas vite vite, alors on a une question pour vous : c’est qui là là qui a payé pour ce beau voyage à Paris? Vous savez, les soupers d’équipe, les taxis, l’avion et évidemment les nombreuses bouteilles de vin?

Commentaire inutile à m’envoyer : ne mangez pas trop de chocolat, là!!!
Commentaire de Véro (invitée de la semaine) : j’ai failli monter à Paris grâce à ma carte chouchou, mais les pneus d’été sur mon jet privé n’ont pas encore été changés.

Lucie Laurier
10 décembre 2009 - gros ego

blade laurier

Excellent article sur Lucie Laurier dans le J.M.

Citation:

Lucie Laurier a quitté le Québec «sur un coup de tête», dit-elle, il y a un an et quatre mois. Bizarre on s’est rendu compte de rien. Comment le départ d’une des plus grandes actrices de chez nous à pu nous échapper comme ça? Nous qui la cherchions sans cesse dans Virginie, on comprend là.

Concernant la suite de Nitro, elle nous dit : «Ça m’excite, c’était un beau rôle» Un beau rôle? C’est quoi ça un beau rôle? Tu jouais qui déjà? Ha oui???  Morgane (!?!?!). Une performance à la hauteur de celle de Martin Matte dans le même flop film.

Cet album est un grand rêve artistique. Je sais que je peux concilier ma carrière d’actrice à celle de chanteuse. Évidemment que tu peux, prends exemple sur Caroline Néron, vous devriez bien vous entendre les deux. Il te manque juste de faire des bijoux et tu pourrais devenir la marraine de son p’tit.

«Au Québec, on me cantonnait toujours dans les mêmes rôles de belle fille. Artistiquement, j’avais peur de devenir quétaine et personne ne voulait embarquer dans mon projet d’un premier album de chansons. On espère ben que personne voulait embarquer dans ton projet, il y a des limites à prendre des risques. Regarde le dernier disque de Garou!!! À part ça, l’utilisation du mot “artistiquement” a ses limites. C’est comme si la Clique disait c’est scientifiquement possible, ça n’a aucun sens.

Commentaire inutile à m’envoyer : son meilleur rôle? L’entrevue avec Mike Gauthier!