C’est pas payant être un chanteur au Québec!

Combien ça coûte des pantalons Dior?

500$, 1000$… 2000$???? Et ça pleure contre Spotify!

On peut lire dans le Journal de Montréal:

Dans son discours de remerciement, Lenoir – vêtu d’une longue redingote noire, de pantalons courts Dior en polar et d’espadrilles blanches, une casquette noire vissée sur la tête, colliers scintillants au cou – a été plutôt sage.

Via Showbizz.net

Commentaire inutile à m’envoyer: c’est des faux!

32 réflexions au sujet de « C’est pas payant être un chanteur au Québec! »

    1. ...et le JdM ?

      Si personne ne remarque ses “pantalons courts Dior en polar” avec la photo seulement est-ce que ça veut dire que la journaliste du JdM est commandité elle aussi pour le mentioner dans l’article?

      (12)
      1. Lèchez et Lèchez, sondeurs.

        Notre sondage cette semaine: achèteriez-vous vos shorts (usagés) dans une friperie ?

        (0)
  1. Max

    La Clique chiâle contre le t-shirt de Safia Nolin.
    La Clique chiâle contre les pantalons Dior d’Hubert Lenoir.
    J’ai trouvé la constante !!!!!

    (12)
    1. lol ;-)

      Il est des gens qui, lorsqu’ils détestent un groupe d’individus (selon la race, le sexe, la classe, etc.), les détestent qu’importe ce qu’ils font…

      (2)
      1. fonfonfonpetitpatapon

        Non. C’est que la Clique est fondamentalement jalouse, envieuse et mesquine.

        Le rêve de la Clique, c’est que tous les artistes soient pauvres, en faillite et dans la dèche. Comme bien des Québécois, la Clique haït les artistes.

        (3)
  2. Le Miz

    Il avait parti un GoFundMe pour que les gens paient les billets de l’ADISQ de ses amis.
    Et ils l’ont fait. Ce gars-là c’est une fraude et j’ai hâte que sa gimmick de marde ait fait son temps.

    (11)
    1. Temps dur

      Qu’est-ce qui est le plus pitoyable?
      Lui avec sa demande du GoFundMe ou les “expression à votre choix” qui ont payé pour lesdits billets?

      (1)
  3. Yannick

    Ce n’est pas à lui.

    Lors des galas, les artistes qui ont la cote se font approcher par les marques de vêtement prestigieuse qui veulent les habiller gratuitement. C’est le principe de commandite.

    Comme Hubert Lenoir à beaucoup de visibilité ces temps-ci, les grandes maisons de vêtement ont du se garocher pour lui proposer de porter leur vêtement.

    Evidemment, comme il a des goûts de merde et qu’il est en manque d’attention tel un adolescent de 13 ans, il a choisie ce qui se fait le plus laid, tout en le jumelant avec ce qu’il y a de plus affreux.

    (2)
  4. Ralph

    L’œil est hardi comme un lion, courant bondissant, s’élançant ici et là, au loin et près. Il parle toutes les langues, et il vous parcourt en un rien de temps. Quel flot de vie et de pensée une âme verse dans une autre âme, par l’intermédiaire du regard !

    (1)
  5. fonfonfonpetitpatapon

    Wow. Bravo la Clique: l’art de tout mélanger. À ta place, j’irais m’engager au Journal de Québec, afin d’enquêter sur les problèmes financiers des ministres. Tu as de l’avenir là-dedans: à chaque fois qu’un artiste réussit, je te sens rongé par l’envie et la jalousie.

    Je pourrais t’expliquer à quel point les gens de Spotify sont de vulgaires parasites qui s’en mettent plein les poches en exploitant le travail des autres… Mais je n’ai pas de temps à perdre.

    (-1)
    1. Correction

      >les gens des compagnies de disque sont de vulgaires parasites qui s’en mettent plein les poches en exploitant le travail des autres

      Corrigé. L’un n’exclut pas l’autre mais les compagnies de disque en général ont exploité beaucoup plus d’artistes que Spotify qui donne moins $ aux artistes que Apple.

      (1)
    2. Yannick Martin

      Les artistes ont toujours le choix de ne pas être sur Spotify aussi, hein.

      Spotify offre une plateforme de distribution en échange d’une redevance. Si l’entente est si désavantageuse, pourquoi autant d’artiste y sont présent?

      Puis qu’en est-il des maisons de disques qui produisent et distribuent les disques? Des boutiques qui se prennent encore une autre marge? Est-ce que ça se pourrait qu’ils ont toujours pris des marges de profit honteuse durant des décennies et que maintenant qu’un mode de distribution compétitif est en jeu, ils ne veulent plus faire marche arrière sur leurs profits et maintiennent les prix dans une sphère qui n’est plus compétitive, jouant par le fait même contre lesdits artistes? Peut-être que si les maisons de disques étaient prêt à rogner un peu sur leur marge profit, il est possible que le prix des disques descendent à des prix raisonnable qui ferait que les gens en achèteraient plus.

      Grosso modo, un album coûte environ 1$ à produire et à distribuer. L’artiste lui, touche environ 1$ aussi pour chaque album vendu. Quand on achète les albums 15-20$, il est où le reste?

      Sincèrement, j’aimerais vraiment que tu m’expliques pourquoi ils sont de vulgaires parasites qui exploite les artistes en s’en mettant plain les poches plus que les maisons de disque et les enseignes qui vendent les albums. Puis bon, pour le temps à perdre, tu commentes déjà sur La Clique. Alors tu dois bien avoir 3-4 minutes de plus pour nous expliquer.

      (-12)
      1. fonfonfonpetitpatapon

        “Les artistes ont toujours le choix de ne pas être sur Spotify aussi, hein.”

        Et non, mon champion. Ils n’ont pas toujours le choix. Tout dépend s’ils contrôlent leur contrat avec leur compagnie. Certains artistes détiennent les droits sur leur catalogue, d’autres non. Savais-tu que les enregistrements originaux (les bandes maîtresses ou les fichiers informatiques) des albums n’appartiennent pas aux musiciens? Ils sont la propriété des maisons de disques. Ce sont eux qui les gardent et qui font ce qu’ils veulent avec.

        “Grosso modo, un album coûte environ 1$ à produire et à distribuer. L’artiste lui, touche environ 1$ aussi pour chaque album vendu. Quand on achète les albums 15-20$, il est où le reste?”

        Encore là, les chiffres que tu cites dépendent de plusieurs facteurs. Les droits sur les ventes changent selon le statut de l’artiste, selon le contrat, etc. Sauf que… Demande à n’importe quel musicien, il va te dire que c’est beaucoup plus payant de vendre un cd ou un vinyle, en comparaison avec l’écoute en ligne. En plus, ce que tu écris confirme un peu ce que je pense: dans l’industrie musicale, les artistes se font toujours avoir. Tu l’écris toi-même: l’artiste ne touche qu’une toute petite partie du prix de vente.

        Le reste de ton 20$ (en passant, si tu paies 20$ pour un cd de musique pop, tu te fais avoir en maudit), passe dans la distribution, le marketing, etc. C’est comme pour les livres: en moyenne, un écrivain touche 10% du prix de vente. Le libraire fait 40%. Le distributeur et l’éditeur se partagent le 50% qui reste.

        “Peut-être que si les maisons de disques étaient prêt à rogner un peu sur leur marge profit, il est possible que le prix des disques descendent à des prix raisonnable qui ferait que les gens en achèteraient plus.”

        Deux choses: d’abord, ce ne sont pas les artistes qui décident des prix des albums. Tout comme, contrairement à ce que tout le monde pense, ce ne sont pas les artistes qui fixent les prix des billets de spectacle. Donc, encore là, c’est la faute à la compagnie, pas à l’artiste. Ensuite, comment penses-tu pouvoir concurrencer une compagnie qui exige 10$ par mois pour écouter un nombre quasi-infini d’album, même en vendant des albums à perte?

        Dans mon message, je n’ai fait aucune référence aux compagnies de disques ou aux distributeurs. C’est toi qui le mentionne. Et n’importe quelle personne qui connaît l’histoire de la musique sait que les compagnies ont effectivement exploité des milliers de musiciens dans le passé, incluant les Beatles, les Stones, etc. Sauf que ça n’excuse pas Spotify. On pourrait toujours dire que les deux sont des voleurs, mais les musiciens trouvaient quand même mieux leur compte dans l’ancien système.

        (-9)
  6. Marc

    Jesus Lord.
    J’ai hâte que tu nous explique le lien entre les pantalon et Spotify/ les droits d’auteurs.

    J’ai hâte mais j’ai pas trop espoir.

    (-3)
    1. Empereur Tomato Ketchup

      Ce commentaire spirituel qui se retrouve à 15h20 au bas du classement… L’équipe de Salvail et celle de Lenoir (au fond la même engeance) viennent d’envahir la Clique.

      (-10)

Les commentaires sont fermés.