Pourquoi PKP est le seul qui peut acheter Capital média!

Selon lui évidemment!

   

Commentaire inutile à m’envoyer: TLDR

19 réflexions au sujet de « Pourquoi PKP est le seul qui peut acheter Capital média! »

  1. PVC

    Quebecor devient propriétaire, un mois après la moitié du personnel est mis à pied, 5 mois plus tard Quebecor demande de subvention au Gouvernement Legault parce que pas assez payant avec les journaux régionaux et menace de tout fermer.

    (32)
      1. Pierre Laberge

        Ben oui…Durocher Martineau Bock Bombardier Facal et tous les autres en beurreraient epais a la grandeur du Quebec avec leurs chroniques insipidesp

        (1)
  2. phil

    Quebecor est la seule institution qui puisse racheter GCM sans que l’Etat soit obligé d’y engouffrer des sommes énormes.

    Le projet de coopératives est voué à l’échec ou au renflouage perpétuel avec des fonds publics.

    Si c’était viable et sans trop de risques, Fondaction, FSFTQ et Capital Régional Desjardins ne se feraient pas tirer l’oreille pour investir du capital de risque.

    (19)
  3. Geez Whiz

    Je ne vois pas pourquoi l’État empêche Québécor d’acheter ces journaux si cette entreprise en a envie. Forcer Desjardins à le faire en la menaçant de lui couper certains avantages fiscaux, je trouve ça un peu odieux. Oui, l’achat de ces journaux, c’est des peanuts pour Desjardins. C’est vrai que ces journaux valent presque rien : les Desmarais les ont laissé aller pour 1 $, ces journaux ne possèdent presque aucun actif et ils traînent de lourds déficits liés aux régimes de retraite. Or, l’exploitation de ces journaux, leur modernisation et leur réorganisation, ça va coûter une fortune et ce n’est peut-être pas vraiment la vocation du fonds de Desjardins de s’embarquer dans quelque chose comme ça. Québécor gère déjà des médias et des journaux, alors c’est le candidat idéal si cette entreprise est prête à se lancer. Et lâchez-moi avec la concentration des médias : vous ne disiez pas un mot sur la concentration quand Power Corp détenait tous ces journaux, en plus de La Prêche, et que tout cet empire penchait systématiquement du côté des Liberals.

    (9)
    1. Longue vie à Capital Média.

      Ce serait définitivement la fin de la vraie presse au Québec. L’Empire en détiendrait presque la totalité, sauf Le Devoir, qui vit également sur les respirateur artificiel, voire des subventions, depuis des lustres.

      À l’époque de Power, il y avait 3 groupes de journaux d’importance au Québec: le Montréal-Matin devenu J de MTL., Le Devoir et le groupe Power. On avait une diversité d’opinions enviable. Si l’Empire, détenu par l’ancien chef du pcul, parti séparatiste québécois, saisit Capital Média dans ses griffes (vous pensez que Lowe’s est dur avec Rona? Attendez de voir PKP à l’œuvre!!!), ça deviendra, comme ses autres journaux, un vulgaire pamphlet de propagande séparatiste sans autre compétiteur pour lui rendre la pareille. Adieu la diversité.

      En passant, PKP vit également grâce à de généreuses subventions étatiques. Il devrait peut-être s’en rappeler de temps à autre.

      (-1)
      1. Geez Whiz

        Très bien. Alors on crée une coopérative avec l’argent de Desjardins. Et dans quelques années, le résultat sera la même : les journaux de Capital médias vont finir par fermer, car ça restera des trous sans fond parce que personne n’aura fait les réformes nécessaires pour les garder ouverts de manière rentable. Même La Prêche va probablement finir par fermer aussi, si bien qu’il nous restera que le JdeM et Le Devoir.

        (4)
  4. bOB

    Racheter du syndic, vider de ses dettes, de ses conventions collectives, de ses déficits de l’employeur au fond pension des employées et en mettant à pied le 3/4 du personnel …. Oui, alors PKP peut en faire un succès!

    (5)
  5. André Desmarais et Paul Desmarais jr

    Il n’est pas souhaitable que Québécor acquière (c’est bon, nous avons fait vérifier la conjugaison par Cauchon, notre préposé au café) les vénérables institutions régionales que sont La Truie-brune de Sherbrooke, Le Sommeil de Québec, La Noix de l’Est de Granby, Le Nougat-lisse de Trois-Rivières, Le Doigt d’Ottawa, ainsi que Le Consanguin et le Pro-gras de Saguenay, car nous savons pertinemment que l’information risque d’être manipulée, lorsqu’on la confie à des d’intérêts privés.

    (3)
    1. Geez Whiz

      Tsé, les capacités de lecture, ça se travaille. On commence petit à petit par le derrière des boîtes de céréales, puis vient un premier roman. Ensuite, on devient capable de lire des journaux, des essais, etc., voire de comprendre un texte sur les réseaux sociaux qui est plus compliqué qu’un hashtag débile du genre #OKBoomer! Vas-y, t’es capable!

      (19)
  6. Fern

    La capacité d’être succinct se travaille aussi. Difficile à comprendre pour les boomers. La génération du moi-moi-moi aime beaucoup s’entendre parler mais n’a pas grand-chose à dire.

    (-12)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *