Encore le n*** word dans une école de Montréal-Nord!?!

Comme à Ottawa!

Le n*** word dans une école de Montréal-Nord!?! 😲👉 Signez la lettre ouverte : tinyurl.com/nword-au-csspiAprès l'…

Posted by Chan-tal Poulin on Thursday, October 22, 2020

Commentaire inutile à m’envoyer: raciste!

19 réflexions sur « Encore le n*** word dans une école de Montréal-Nord!?! »

  1. Pierre-charles ladouceur-l'espérance

    dans une école de mtl-nord le n.. Word. bien sur L’école est composé à 90% de noir, et personne utilise plus le n.. Word qu’un noir.

    1. hellophone

      Les N, ont enfin leur petit moment de powertrip. Décider qui peut dire ou ne pas dire le mot “nègre”.
      Wow, tu parles d’un pouvoir forcer les non noirs dire “le mot en n” comme si on ne sait c’est quoi.

  2. Attaquer au bon endroit

    Il était immanquable que l’histoire de l’enseignante à Ottawa qui utilisa ce mot dans un contexte explicatif et pédagogique soit reprise ailleurs et fasse des petits. L’enseignante n’a pas utilisée le mot dans un contexte consistant à insulter les gens, mais voilà en jouant le jeu d’interdire le mot complètement même dans un contexte académique vous jouez le jeu des individus véritablement racistes qui s’en serviront pour se victimiser, jouer la carte de la liberté d’expression et qui diront que les communautés culturelles victimes de racisme exagèrent en utilisant ce propos à toutes sauces. Les gens racistes récupèrent d’ailleurs déjà l’histoire pour l’utiliser à leur avantage. Le mot fait certes mal, mais les racistes continueront à l’utiliser, alors aussi bien dénoncer son usage lorsque quelqu’un l’utilise dans un contexte consistant à blesser et insulter plutôt que dans un contexte explicatif consistant à comprendre ce mot pour mieux le dénoncer.

    1. À la manière du Chasseur

      “Les gens racistes récupèrent d’ailleurs déjà l’histoire pour l’utiliser à leur avantage.”

      Vous avez des exemples?

    2. Bourgo Chartrand

      En même temps, si vous êtes pour dénoncer l’usage de l’insulte nigger lorsque quelqu’un l’utilise dans un contexte consistant à insulter, ce qui est pourtant le but d’une insulte, soyez cohérents et abolissez toute forme d’insulte, tant qu’à y être. Quand un anglo me traite de frog, je sais qu’il cherche à m’insulter, et c’est son droit, puisqu’aux dernières nouvelles aucune loi n’interdit l’insulte. Une insulte n’entre pas dans la catégorie des propos haineux. Sinon on ferait face à la justice dès qu’on traite quelqu’un de con.

      J’ai beaucoup plus de misère à supporter et endurer les fragiles que de supporter et endurer les insultes.

  3. Marianne Tremblay

    Le prof parle du monologue de Yvon Deschamps ”N-word black”. C’est sûr que dans le contexte de fragilité actuelle, c’était peut-être pas le meilleur timing. En plus, il explique ça rapidement à une gang d’adolescent qui n’ont pas le contexte de l’époque et ne connaissent pas la réputation engagée de Deschamps.

    Non, Yvon Deschamps ne pourrait plus refaire son monologue aujourd’hui. La compréhension du 2e degré (je dis quelque chose comme si je le pensais, mais en réalité, je cherche à le dénoncer) n’est plus possible de nos jours. Il ne faut pas heurter les sensibilités, même quand il s’agit de faire passer un message positif.

    C’est ça qui est ça, ça va pas aller en s’améliorant.

    Habituez-vous.

    1. écoeurantite 3000

      Ça me semble pourtant tellement clair que ce monologue dénonce une situation mais si nos futurs citoyens qui pourront avoir des postes à responsabilités ont aussi peu de jugement ça n’augure rien de bon pour la suite. Des one track mind sans subtilité c’est dangereux.Les jeunes ont toujours voulu changer les choses mais le danger maintenant c’est que les idées circulent très vie et pas toujours de la bonne façon.

    2. Oumpah-Pah

      Juste le fait de voir que tu censures toi-même le titre du monologue d’Yvon Deschamps prouve que tu es atteinte de cette même fragilité. On n’a pas à respecter l’état émotionnel des fragiles aux dépens de notre liberté, voire de notre devoir, de nommer les choses.

  4. Toute vérité n'est pas bonne à dire

    Aux USA, selon les données du FBI, 93% des Noirs sont tués par d’autres Noirs mais ça, il ne faut pas le mentionner dans les cours de statistiques des facultés de criminologie…

  5. Superflex

    J’ai été voir la page de cette dame. Une vraie SJW. Elle croit à toutes les niaiseries à la mode provenant de l’extrême-gauche actuelle. Évidemment, on met en ligne un extrait de quelques secondes pour choquer. Tout d’un coup qu’en évaluant le contexte les gens pourraient réfléchir au lieu de s’indigner. Reste qu’il est toujours périlleux d’exprimer ses opinions personnelles dans une salle de classe pour un prof, surtout quand on est enregistré. On les paie pour enseigner le programme, pas pour endoctriner les jeunes.

  6. De mal en pis

    Maman ,pourquoi les gens disent qu’il ne faut pas dire certains mots ?

    Parce que ça choque les blancs fascistes d’extrême -gauche, ils ont interdit certains mots et plusieurs autres, déboulonnés des statues, brisé des vitrines, tapé sur les gens, ainsi que plusieurs autres affaires .Si un jour tu en rencontre un , tu dis pareilles comme lui mais dans ta tête, tu dois continuer de penser tout le contraire.Parce que sinon, tu vas devenir complètement fou et paranoïaque comme eux et t’imaginer que les pigeons sont entraînés pour te suivent et t’espionner .

  7. Alan

    nègre vient du mot Anglais “nigger” qui lui vient du mot “Nigeria”. Personne qui viens du Nigeria.
    Donc fondamentalement, ce mot n’a rien de péjoratif.

Les commentaires sont fermés.