La fin de ce reportage…

Faites-moi confiance!

La derniĂšre intervenante et ce qu’elle dit…😂😂😂

POUR UN PEU DE SURPRISE, NE PAS LIRE LA DESCRIPTION EN BAS DU CLIP!

JUSTE À FAIRE PLAY… POUR QUE LA MAGIE OPÈRE!

Commentaire inutile Ă  m’envoyer: est-ce qu’elle a conduit pour aller Ă  l’entrevue?

37 rĂ©flexions au sujet de « La fin de ce reportage… »

  1. Joce SĂ©yinne

    Histoire moderne:

    Lui: Il y a une tempĂȘte de neige dehors, tu devrais rester ici cette nuit jusqu’Ă  ce que les routes soient dĂ©neigĂ©es.
    Elle: Non il faut vraiment que je parte.
    Lui: Mais tu prends vraiment un risque, il fait super froid et les routes sont impraticables.
    Elle: Il faut vraiment que j’y aille.
    Lui: C’est une dĂ©cision vraiment irrationnelle compte tenu des circonstances, tu devrais rester ici, en sĂ©curitĂ©.
    Elle: TU ES VRAIMENT INSISTANT ET SI TU CONTINUES J’E VAIS FAIRE UN TWEET AVEC LE HASHTAG AUQUEL TU NE VEUX PAS ÊTRE ASSOCIÉ ET J’APPELLERAI LA POLICE!

    – Il se rendit compte que contrairement Ă  ce qu’il avait cru au dĂ©part, il s’agit d’une de ces fĂ©ministes hystĂ©riques qui voit la culture du viol partout. Dieu seul sait si elle finit par se rendre chez elle en sĂ©curitĂ© ou si elle s’est plantĂ©e dans un banc de neige et est morte de froid, et c’est parfait comme ca puisqu’il n’a pas de temps Ă  perdre avec une criss de folle.

    (83)
    1. Un critique critique

      Beau conte de Noël. Cependant quelques bémols :

      Mauvais emploi du temps : Il se rendit compte
 il s’agissait (et non il s’agit) d’une de ces fĂ©ministes.

      La fin (14 derniers mots) devrait ĂȘtre remplacĂ©e par autre chose. Une envolĂ©e, une transcendance. Cela tombe Ă  plat.

      (-10)
      1. Joce SĂ©yinne

        Fin alternative: elle dĂ©cida de rester, il lui offert son lit et il coucherait sur le divan. Elle s’endormit paisiblement. Le lendemain matin, elle se rĂ©veilla au son de la grosse charrue Ă  Bernier qui passait dans la rue pour Ă©parpiller les derniers flocons de neiges amassĂ©s qui bloquaient la route. Elle pris ses affaires et se faufila par la porte arriĂšre pendant qu’il ronflait sur le divan. Lorsqu’il se rĂ©veilla, il n’eĂ»t qu’une seule pensĂ©e: “Ah ben la criss de vache, a s’est sauvĂ©e!”

        (6)
  2. Le problĂšme

    Nos vies sont vraiment rendues plates et confortables pour trouver matiĂšre Ă  indignation dans cette chanson-lĂ .

    CBC et les stations Rogers vont maintenant rayer “Baby it’s cold outside” de leur programmation de NoĂ«l. Bravo les carpettes et merci les snowflakes!

    Un autre épisode du grand délire victimaire de notre temps.

    C’est pour quand la 3e guerre mondiale, dĂ©jĂ ? Me semble qu’une bonne saignĂ©e nous ferait le plus grand bien!

    (68)
    1. L'observatoire

      Vital, tombe pas en bas de ta chaise; elle le fera pas.
      La secte de Lili a le vent dans les voiles. Des médias
      son tellement Ă  sec au niveau du contenu que les
      discours SJW ( qui sont destinés pour des étudiantes
      de 20-21 ans dans les USA ) sont de l’eau au moulin.
      Et de l’eau au moulin c’est ce que n’importe quel mĂ©dia
      a besoin,le discours SJW apporte une double dose de
      cette eau, car la polĂ©mique qu’il engendre c’est aussi
      de l’eau pour le moulin. Imagine n’importe quel mĂ©dia
      sans le discours et contre-discours SJW, et tu vas voir
      qu’il vont ĂȘtre en rupture de stock ben avant les SQDC.
      C’est le seul vrai filon qui reste aux mĂ©dia pour survivre
      ( et il est trĂšs bon ), et tu pense que nous en avons finis
      avec ? Les médias sont drogués aux discours, mais
      comme nous sommes droguĂ©s aux mĂ©dia, c’est leurs
      discours qui coulent dans nos veines…Pour le bien de
      tous, ben Ă©videment.

      Tu comprends que seul le détachement sera viable
      pour celui voudra reprendre une libertĂ© qu’on voudrais
      bien qu’il abdique au profit de la monstruositĂ© mĂ©diatique,
      de quel tendance qu’elle soit.

      (12)
      1. Vital Laforce

        D’accord en partie avec ton constat, lĂ  oĂč je diffĂšre d’opinion c’est notre pseudo-dĂ©pendance aux mĂ©dias. Ceux-ci sont en perte de vitesse autant dans les journaux papier que dans les bulletins de nouvelles tĂ©lĂ© et radio. Ya de moins en moins de gens qui les Ă©coute et de moins en moins de gens qui leur font confiance ou leur donne de l’importance.

        (7)
        1. L'observatoire

          J’aurais du ajouter qu’ĂȘtre
          en dépendance des médias,
          qu’ils soient sociaux ou classique,
          c’est ĂȘtre en dĂ©pendance. La
          Clique, le Facebook de Camus,
          Twitter, Instagram, ou tutti quanti,
          c’est la mĂȘme dĂ©pendance que
          La Presse, TVA, Gravel ou Arcand.
          Tout est reliĂ© dans le mĂȘme filage
          dans cette affaire là. Le détachement
          dont je parle est en référence à
          chaque fils du systĂšme moderne
          de ce grand piĂšge qui est en train
          de tous nous avaler. T’en as tu assez
          de ce systĂšme, ou t’en veux encore
          plus? Dans 3 ans tu veux tu encore
          faire des commentaires sur La Clique
          comme si ça faisait parti de toi ? Le
          systĂšme lui, il veut vraiment que tu
          sois ici dans 3 ans, oĂč sur un autre
          fil, ça le dérange pas, en autant que
          tu sois encore dans son filage.

          (3)
        2. Vital Laforce

          @L’observatoire

          Je comprend l’idĂ©e de dĂ©pendance, perso je vois plus ça comme un divertissement. Je pourrais trĂšs bien ignorer toutes la BS qui Ă©manent des grands mĂ©dias si elle n’avait pas d’incidence sur moi. Par contre c’est justement lĂ  qu’il y a un problĂšme, cette idĂ©ologie intervient directement dans mon quotidien lorsqu’elle influence les films ou Ă©missions que j’Ă©coute, dicte les lois votĂ©sz par mes gouvernements, influences les gens autour de moi, etc.

          (2)
  3. Geez Whiz

    Ben oui et “Petit papa noĂ«l” prĂŽne la pĂ©dophilie, “Nos anges dans nos campagnes” est le reflet de notre sociĂ©tĂ© oppressante axĂ©e sur la catholaĂŻcitĂ© et “J’ai vu maman embrasser le pĂšre-noĂ«l” est trop hĂ©tĂ©ronormatif. DĂ©sormais, seuls les chants officiellement approuvĂ©s par le comitĂ© suprĂȘme formĂ© de Lili Boisvert, de Judith Lussier, de Manon MassĂ© et de Xavier Camus seront autorisĂ©s.

    (48)
    1. Vital Laforce

      Ben non tu n’y est pas, t’as pas encore appris le code du parfait SJW:

      “Nos anges dans nos campagnes” incite Ă  l’Ă©talement urbain, ““Petit papa noĂ«l” c’est l’apologie du patriarcat et de la masculinitĂ© toxique et “J’ai vu maman embrasser le pĂšre-noĂ«l” incite Ă  la culture du viol et aux micro-agressions, des chansons qui doivent ĂȘtre bannies Ă  tout prix.

      (2)
  4. Max

    Les femmes collantes qui ne te lĂąchent pas, mĂȘme quand tu dis non, ça existe. Ça va dans les deux sens cette histoire-lĂ .
    Pour la chanson, c’est une chanson sur la sĂ©duction. La femme revient toujours voir le gars pour le relancer mĂȘme si elle dit “Non” au dĂ©part.
    À bas les personnes qui veulent un acte notariĂ© pour chaque relation humaine. À bas les agressions. Vive le gros bon sens.

    (32)
  5. Batoche

    Est-ce qu’on peut aussi s’indigner du harcĂšlement victimaire que pratique Lili Boisvert? On a aussi droit de ne pas entendre son pleurnichage de victimes insignifiant.

    (20)
  6. Billy Bob

    Je comprends le combat des femmes et mĂȘme des hommes pour le feminisme, je suis pour l’Ă©galitĂ© des sexes, mais comme dans n’importe quel mouvement, certains individus exagĂšrent et deviennent un peu obsĂ©dĂ©s par leur cause et Ă  un moment donner, je penses qu’ils ne voient plus trĂšs clair… un peu de recul leur ferait du bien.

    C’est la mĂȘme chose dans chaque mouvement pour chaque cause ou idĂ©ologie. Les gens s’investissent tellement la-dedans que ca devient une obsession aveuglante et on oublis de mettre certaines choses en contexte.

    Cette chanson date d’une autre Ă©poque, les temps changent, oui ca peu sonner Ă©trange comme paroles en 2018, mais de lĂ  Ă  dire que c’est “carrĂ©ment un appel au viol” …. Calmos amigos! Fait juste dire que cette chanson est dĂ©passĂ©e et n’est plus valable en 2018.

    (13)
  7. Safia Lenoir

    PĂšre Noel, MĂšre Noel, c’est tellement binaire!! À quand une manifestation pour demander que ses relents de l’ancien temps soient rayĂ© de la carte? Demandons Ă  Xavier Dolan de nous pondre une nouvelle version non genrĂ©e!

    (10)
  8. Pierre- André

    Dans le fond ce que LILI et la gauche communiste souhaite, c’est que les femmes cĂ©libataires ne sortent pas aprĂšs 8 hrs le soir, n’aillent jamais chez des hommes cĂ©libataires sans ĂȘtre accompagnĂ©es et qu’elles portent le voile . On y arrive ,tranquillement mais surement.

    (9)
  9. Chris

    Tu sais quand tu es un gars tout Ă  fait ordinaire qui est conscient des injustices qu’ont subit les femmes au cours des annĂ©es et qui humblement Ă  sa façon et avec les moyens qu’il a tente de faire attention Ă  ne pas rĂ©pĂ©ter ces erreurs et enseigne Ă  son fils les bons comportements et Ă  sa fille de ne jamais se laisser traiter comme infĂ©rieure… J’ai Ă  la fois le goĂ»t de dire Ă  Mme Boivert “continuer votre bon travail, il faut rester vigilent!” et “Voulez vous SVP arrĂȘter de tout mettre dans le mĂȘme panier!”. Je pense que c’est une erreur de faire cette relecture et censurer une Ă©poque. Pourquoi pas juste se dire qu’il faut juste Ă©viter de rĂ©pĂ©ter les mĂȘmes erreurs et prendre ça en exemple de quoi ne PAS faire. Je sais pas si vous savez, mais si ça se trouve, la filmographie complĂšte d’Elvis risque de passer au tordeur.

    (6)
  10. Résumé

    J’aime bien l’idĂ©e de Freud selon laquelle la structure psychique d’un individu s’organise en fonction de l’espace d’expression pour la pulsion que la culture permet.

    Quand l’espace est trop Ă©troit:

    – l’individu incapable de constater le dĂ©faut de cette culture, et qui en redemande, deviens nĂ©vrosĂ©;
    – le psychotique s’en rend compte et veut corriger le dĂ©faut de cette culture avec des solutions utopiques;
    – et le pervers, pour libĂ©rer sa pulsion, invente des solutions qui heurtent les valeurs de sa culture.

    (5)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *