Deux poids, deux mesures…

Texte intéressant sur les réactions négatives à la bande dessinée écrite par Valérie Plante…

Commentaire inutile à m’envoyer: Valérie boit de la bière?

45 réflexions sur « Deux poids, deux mesures… »

  1. Yé 3 heures ! Last call !

    Quand Rome brûlait, Néron jouait de la harpe. En octobre 2021, aux prochaines élections, Plante ne sera plus qu’un très mauvais souvenir. La ricaneuse pourra retourner dans son patelin, en Ontario et laisser l’administration de la ville aux grandes personnes. Cette incompétente épicène sera vite oubliée …

    (93)
    1. Le bonheur toi

      Nous pourrons retourner à la belle époque de la corruption avec les Tremblay, Applebaum et Coderre. J’ai tellement hâte.

      (-59)
      1. hellophone

        Moi aussi j’ai hâte. Au lieu de la corruption nous avons un gaspillage généralisée sous forme de projets débiles jumelé à une agression visuelle de panneaux oranges, de dos d’ânes, de cônes, de détours, et et de panneaux qui t’avertisent qu’il y a un panneau à chaque 2 mètres.

        (15)
      2. Ouin, bof.

        Parce qu’à voir aller les choses actuellement, tu crois que c’est révolu la corruption à Montréal?

        (11)
      3. Elvis avec des loups

        J’aime mieux que les choses avancent pour de vrai que de la gaugauche hypocrite. Pour ça, le Québec a compris v’la longtemps que ça fonctionne à grand coups de magouilles ! Pauvre cloche idiot de village communiste, comme si ta gaugauche était parfaite, parfaite..

        De gauche ou de droite, le Québec est peuplé d’idiots ridicules.

        (10)
      4. un adulte

        Tu t’imagine qu’il n’y a pas de corruption à Montreal en ce moment, avec l’urgence sanitaire renouvelée aux 5 jours ???

        c’est vrai, la gauche est pure….

        (8)
        1. GABRIEL NADEAU DUBOIS MOU

          la gaugauche est pire pour la corruption que les liberaux dans leur plus belle années , c est les pire bandit

          (5)
  2. smartass

    Quel clown ce Mayrand.

    Les opposants de Stephen Harper avait justement souligné la question de comment un PM pouvait avoir le temps d’écrire un livre tout en étant PM.
    Les opposants de Georges W. Bush passaient leur temps a critiquer ses journées passées a son ranch annuellement.
    Les opposants de Barrack Obama, incluant Trump, passaient leur temps a critique le nombre de jours qu’il passait a jouer au golf ou bien ses vacances a Hawaii
    Les opposants de Trump, passent leur temps a rappeler qu’il passe 2-3 fois plus de temps au golf qu’Obama et qu’il s’enferme a écouter la télé dès que possible en soirée.
    Les opposants de Trudeau ne manque jamais de souligner les nombreuses journées ”libres” dans l’horaire du PM.

    Il n’y a pas de double standard. Quand t’es en politique, prépare toi a ce qu’on critique tout tes faits et geste. Homme et femme. Cache-toi pas dans une cape de vertu pour crier au sexisme parce que ton allégiance politique se fait critiquer.

    (78)
  3. steeve

    La carte du sexisme est sortie plus vite qu’un Tweet de Plante après une l’arréstation d’une minorité visible.

    (63)
  4. Un quidam

    “Si on critique Plante, c’est parce qu’on est sexistes.”

    Je suis presque surpris que ça ait pris autant de temps à nos inclusifs de service pour nous la sortir, celle-là.

    Dans mon souvenir, Coderre se faisait aussi reprocher ses insignifiances. Aussi, c’est Plante, pas Coderre qui a à gérer la plus grande ville au Québec dans une situation tout à fait exceptionnelle sur plusieurs plans: économique, sanitaire et celui des finances publiques.

    Mais bon, on est sexistes, je suppose.

    (30)
  5. Une ville sans talent

    « L’originalité du dessin de Delphy Côté-Lacroix, aussi douée qu’un enfant-roi de la maternelle; est à l’image de la gestion de Valery Plank from Project Montreal: sans talent. » – Fred Ketchup

    (28)
  6. Denis Coderreau

    Aux prochaines élections, elle va pouvoir en écrire plein d’autres livres… Simone Simoneau, l’ex maîresse et son seul mandat, Simone Simoneau seule sur ses pistes cyclables, Simone Simoneau se pogne le moineau, etc…

    (25)
    1. hellophone

      Parce que c’est ça l’avenir de Montreal sous Plante: Aucune route, et tout le monde est entassé un tramway qui roule en montagne russe à cause des routes en mauvais état.

      (5)
  7. phil

    Dans le temps de Coderre, la Ville de Montréal se portait pas si mal, après tout. Mais depuis que Plante est aux commandes, c’est la catastrophe. C’est pour ça que fusent les critiques, ce n’est pas un double standard et encore moins du sexisme.

    (19)
  8. Nuance

    Ajout : On me rappelle que Trump est un homme et qu’il se fait démolir de partout.

    Pas facile la politique quand on est un homme.

    (16)
  9. Moi mon conseil

    Au lieu de reprocher quelque chose à “ce qui est” parce que ça ne cadre pas avec tes projets politiques douteux, arrange-toi donc pour que le spot ne soit pas sur la trivialité de ta “marchandise”.

    “Ce qui est” = Les gens ne trouvent pas ça intéressant les bandes dessinées politiquement correctes et ils vont trouver n’importe quoi pour en faire la critique.

    Sinon dégage.

    (14)
  10. Yannick

    2 points me dérangent dans ce texte.

    1- “Passons sur le fait que l’on considère trivial un ouvrage qui a pour but de montrer aux jeunes filles qu’elles peuvent, elles aussi un jour, être au pouvoir.”

    Une personne de moindrement honnête intellectuellement comprend que ce n’est pas le message qui est critiqué, mais le véhicule. Valérie Plante est au pouvoir. Elle peut faire la démonstration de ses idées de façon concrète. Il aurait été largement plus profitable pour la cause des femmes au pouvoir si Valérie Plante se serait révélée comme une vraie dirigeante pro-active, qui travaille au bien de toute sa population et non pas seulement pour ceux qui partage ses vues idéologique (comme les pistes cyclables, par exemple). Bref, qu’elle démontre par l’exemple qu’une femme peut aussi être un dirigeant signifiant au lieu de s’en remettre à une BD. C’est le fait qu’elle mette cette BD en avant comme leg de son passage au pouvoir, au lieu de son parcours en lui-même. Force est de constater que, pour l’instant, son passage est loin d’être flamboyant.

    2- Tout son cas de figure hypothétique si le maire était un homme.

    Encore là, c’est assez malhonnête intellectuellement. Si le maire de Montréal avait été un homme et avait partagé ses photos de ses voyages de pêche et autre soirée de beuverie en regardant le hockey lors de ses temps libres, vous pouvez être certain qu’il aurait été vertement critiqué et mis sur la sellette populaire. Particulièrement cet été avec tout ce contexte de pandémie. Nous n’avons qu’à prendre Justin Trudeau à titre de comparaison. Une partie de la population n’hésite pas à le critiquer lorsqu’il décide de mettre de l’avant ses frivolités plutôt que son rôle de leader.

    Cela dit, est-ce que les gens ont raison de critiquer ce que les gens font de leur temps libre? C’est un tout autre débat.

    Personnellement, je crois que tous et chacun peuvent bien faire ce qu’ils veulent, tant que cela n’est pas moralement répréhensible. Je ne crois pas qu’ils doivent consacrer leur personne entière à leur fonction. Nous voulons des êtres humains au pouvoir, et un humain normalement constitué est composé de plusieurs facettes. Je me méfierais grandement d’une personne qui serait un espèce de monolithe qui consacrerai 100% de sa personne à sa fonction de dirigeant.

    (13)
  11. Au royaume des éternelles victimes

    Bien sûr, quiconque émet un commentaire sur la Plante est un gros méchant sexiste pas fin, doublé d’un misogyne et d’un violeur en puissance.

    Tout comme quiconque s’exprime sur le Noirs criminels, les proxénètes noirs ou les gangs de rue est un vilain redneck raciste doublé d’un suprémaciste blanc.

    Misère…

    (13)
  12. VICTIMITE PAR CI, VICTIMITE PAR LÀ

    Interdiction totale de critiquer le féminisme.
    Puisqu’à l’instant où l’on ose (Ô sacrilège !) s’y adonner, ça se transforme de facto en victimite aiguë à l’endroit de l’ensemble de la portion féminine de la population.
    Faqueuh…
    Effectivement, on ferait probablement mieux de se la fermer.
    De cette façon, ça réduirait fortement le nombre ”d’incantations à la victimite féminine” qui pullulent chaque fois qu’un personnage féminin fait l’objet d’une analyse, suite à son incompétence ou à une étourderie…

    Vous savez, de ces personnages qu’on place sur un piédestal, du seul fait de leur appartenance au sexe féminin ?

    (12)
  13. Generation X

    On a beau être dans une crise économique et sanitaire, Montréal a un air de Beyrouth.

    (11)
      1. obsession

        Je suis sûr que t’étais aucunement dégoûtée quand on disait que les rues de Montréal ressemblent à ceux de l’Afghanistan.

        (1)
    1. Génération A+

      Un amalgame avec Beyrouth douteux et honteux…après la tragédie que sa population vient de vivre.

      (-1)
  14. Dewors la Plante!

    La description faite du maire dans le texte ressemble beaucoup à Coderre, or, on sait tous ce qui lui est arrivé…

    J’espère qu’il arrivera la même chose à la Plante.

    (11)
  15. Incompétence systémique

    « Ces deux adulescentes ont été élevées en enfants-rois. Elles ont baigné trop longtemps dans le plasma amiotique du monde artificiel de Passe-Partout; qui leur aura faussement inculqué qu’elles étaient des leaders talentueuses vivant en territoire non cédé. » – Pierre Lefardeau

    (11)
      1. ah les humains

        Ah toi t’es la personne fatigante qui quête des lifts mais qui se la joue “environnementaliste” quand y’en a pas de besoin…

        (2)
        1. Elvis avec des loups

          Un autre crétin du Québec qui chiâle contre les chars parce qu’il n’a pas une crisse de cenne. Continuez à vous faire voler par les gouvernements, bande de gauchistes ridicules sans discernement.

          (-2)
  16. Vital Laforce

    Si le maire en question s’exposait sur les réseaux sociaux avec ses partis de pêche et ses soirées de hockey alors que la ville qu’il est supposé gérer ressemble à Baghdad et que son économie est en ruine, pas mal sûr qu’il aurait droit aux même genre de remarques que la Plante, probablement même qu’il recevrait des remarques encore plus sévère.

    (8)
  17. le point

    Le monde de la campagne sont si impressionnés de venir vivre en ville…jusqu’à en faire des livres…

    (5)
  18. Le Hibou à bout

    Comme le disait Zemmour, la présence des femmes en politique révèle surtout que la politique n’est plus un lieu de pouvoir et que celle-ci n’est devenu qu’une place où on discute de la couleur des murs du salon. Les vrais décisions économiques se prennent ailleurs, à des niveaux bien au-dessus et hors d’atteinte au commun des mortels.

    (3)
  19. Esso

    Lorsqu’un maire est en VACANCES,il se rends sur un lac isolé pour s’adonner a la pêche avec des amis.
    Lorsqu’une mairesse est en vac…on sait pas si elle était en vacances lorsqu’elle a écrit sa BD.
    Harper était ou lorsqu’il a écrit son livre? on sait pas!

    (2)
  20. Un vrai homme

    Quand tu as du temps libre, tu fais rien comme moi voilà ce qu’il faut faire. De toute façon le temps libre devrait être interdit.

    (2)
  21. ...

    Margaret Thatcher a été élue en 1979. Donc Valérie Plante qui se présente comme une nouveauté…

    (1)
    1. La 12 cross-side.

      Je me donne même pu la peine
      d’écrire quelque chose d’un peu
      élaboré. Chose passe le râteau!

      (1)
    1. Bucket

      Pas vraiment, puisque son contre exemple est inventé de toute pièce.
      Et qu’on peut fortement douté que ce qu’il affirme se produirait.
      Je pense qu’au contraire, un maire qui publierait ses photos de chasse et de beuveries dans la situation actuelle serait sévèrement critiqué.
      C’est le pire moment pour les politiciens de mettre de l’avant leurs loisirs et projets personnels. Faut être un analphabète politique pour ne pas s’en rendre compte.

      Mais bon, on parle de la mairesse qui a oublié de parler français dans un discours alors faut pas trop en espérer.

      (1)

Les commentaires sont fermés.