Ha ben… ha ben… ha ben!!!!

Tiens, tiens, tiens…

Commentaire inutile à m’envoyer: pas grave ça!

43 réflexions sur « Ha ben… ha ben… ha ben!!!! »

  1. Mincent Varrisal

    Continuons la logique :

    Est-ce que des journalistes blancs devraient nous parler de racisme chez les noirs ?

    Est-ce qu’on devraient écouter des journalistes du quebec critiquer les états-unis ?

    La liste pourrait etre longue.

    1. L'opium du peuple

      Non ce n’est pas sa/notre logique. C’est pour reprendre leur logique comme quoi les blancs n’avaient pas le droits de décider ce qu’est une micro-agression. Et là on se rend compte que la personne qui dit être victime de micro-agression et celle qui a porté plainte sont blanches. Elle est là la contradiction.

  2. Antifas estourbie

    Rien de nouveau, dans presque tout les cas les pleurnichard sont des adolescents, jeune adulte bourgeois.

  3. CSN News Network

    Si ceux qui s’opposent à Antifa sont des Fascistes.

    Ceux qui s’opposent aux Anti-racistes sont des… ?

    Uhm.

    1. Message pour bien des caves ici

      Si les gens racistes disent « je suis pas raciste mais…. » en ajoutant ensuite des propos racistes, ils ne deviennent alors pas pour autant des personnes pas raciste et des pauvres petites victimes. Ils sont des gros racistes tout simplement qui tentent de faire une inversion de la réalité.

      1. message pour UN CRISSE de cave

        Juste 5 fois le mot raciste je pense que tu peut faire mieux mon ti bourgeois gauchiasse solidair

    2. Bah

      C’est raciste de décrire un terme raciste? C’est cette partie là qui semble échapper à bien du monde.

      Ce n’est pas une question de culture (francophone ou anglophone). C’est une question de bon sens.

      Ceux qui approuvent la censure d’un mot dans un contexte académique ne comprennent pas bien ce qu’est une université et quelle est sa mission.

  4. CSN News Network

    Si ceux qui s’opposent à Antifa sont des Fascistes.

    Ceux qui s’opposent aux Anti-racistes sont des… ?

    Uhm.

    1. Les faits

      Si je m’auto-proclame anti-débiles et que je m’oppose à Marc Cassivi, est-ce que ça fait ce dernier automatiquement un débile?

  5. Batoche

    C’est toujours comme ça en fait. Les seuls à s’indigner de tel ou tel travers supposément raciste sont des blancs bourgeois bien nantis qui jouent les décolonialistes pour se déculpabiliser d’être riches et aisés. Les minorités concernées en ont plus souvent qu’autrement rien à f o u t r e.

    1. Bah

      Il ne faudrait pas tout mélanger.

      Parfois (même souvent), c’est nécessaire de dénoncer le racisme.

      Mais depuis quand décrire un terme raciste, c’est raciste?

    2. Oumpah-Pah

      Les minorités concernées seraient de toute façon mal placées pour s’indigner, car il n’y a pas un seul endroit au monde où l’esclavage est plus reluisant qu’en Afrique… il y a toujours plus de 20 millions d’esclaves en Afrique. Alors si la pire affaire qui puisse leur arriver au Canada est d’entendre le mot nigger dans un cours universitaire, de quoi pourraient-ils se plaindre ?

      Ce serait bête de se plaindre des Blancs occidentaux qui sont les premiers dans l’histoire à avoir aboli l’esclavage, alors que c’est encore une pratique courante dans les pays africains et les pays arabes.

      Évidemment ceux qui n’ont aucune culture générale ne savent pas ce qu’il se passe dans le monde, ne connaissant que ce qu’ils voient avec leurs yeux. Impossible pour eux de comprendre la complexité du monde. La seule chance qu’ils auraient de s’instruire serait d’aller à l’université apprendre des choses, mais dans leur tête de mésadaptés, ce sont les profs d’université qui ont des choses à apprendre d’eux, comme la fragilité blanche, le privilège blanc, le racisme systémique, la théorie du genre, la culture du viol, etc.

      Le problème aujourd’hui, c’est que les ti-counes ont trouvé dans les médias sociaux la manière de renforcer leur bêtise en se regroupant et en s’encourageant mutuellement. Et les institutions ont peur d’eux, ont peur pour leur image. Comme quoi même ceux qui dirigent les institutions ne sont plus dans la réalité, prenant les wokes pour la majorité de la population alors que dans les faits ils représentent moins de 0.1 % de la population.

      C’est à nous de dire ça suffit et de mettre au ban de la société tous ces fins causeurs qui sont plus dans la représentation d’eux-mêmes et l’étalage de leur pseudo-vertu que dans l’action concrète de combattre ce qu’il reste de raciste dans les comportements humains.

  6. J'écoute RDI 24/60

    Une blanche qui se sentirait agressé par le mot N, c’est l’équivalent d’un Québécois qui se sentirait interpellé par la misère autochtone au Québec !

    1. Sherlock

      C’était un cours d’histoire de l’art, ou un autre équivalent de sciences vacances. Personne ne coule ce genre de cours.

      1. Bobette

        J’avais suivi un cours d’histoire de l’art à d’UdeM, durant mon premier bac. J’avais échoué le premier examen solide. Essaie de décrire un tableau sur six pages. Après une demie page j’avais plus d’idées.

        Je suis allée voir la prof pour recevoir quelques conseils. Elle m’a conseillé de lâcher l’université, que c’était pas pour tout le monde. J’ai pas lâché l’université, mais j’ai plus jamais pris de cours d’histoire de l’art.

        1. Critique d'art

          Ces cours semblent être fait sur mesure pour des snobs. Un tableau ça se regarde et ça ne se discute pas. Tout ce qu’on peut en dire c’est l’émotion qui peut s’en dégager ou ce que l’on ressent lorsqu’on le regarde.

        2. L'Abbé Dène

          C’est vrai que ce n’est pas pour tout le monde l’université. Moi mon cours d’histoire de l’art, je suis encore capable de mémoire de refaire la splendide leçon de géométrie contenue dans le tableau la Dernière Cène de Léonard de Vinci que le prof nous avait démontré compas et équerre à la main. De toute beauté et j’en suis encore époustouflé.

          Quant aux leçons de biologie dans les travaux de Michel-Ange, ben c’est d’autant plus cocasse qu’en Principe les gens qui lui commandaient ses oeuvres étaient ceux qui interdisaient ces études.

          Mais bon, comme le disait ton prof, c’est pas pour tout le monde, en effet…

          Tes bacs suivants, tu les a coulé aussi, ou tu a étudié le génie (“Chacun cherche à acquérir ce qu’il lui manque” -Robert Surcouf)

  7. Geez Whiz

    Les antifas et partisans de BLM qui ont saccagé Seattle durant des mois étaient aussi majoritairement des blancs.

  8. Superflex

    Je le dis et le répète : plus de femmes au pouvoir ne signifie pas nécessairement une société plus juste (quoi qu’il n’y ait pas d’opposition absolue non plus). En Occident, il semble que les femmes recherchent une société ou le contrôle sur la pensée des individus sera accru.

  9. Ah bon !

    La majorité des noirs ou des autochtones continuent leur vie normalement dans la société pendant que quelques exaltés qui ne sont pas représentatifs de leur communauté s’amusent à jouer aux révolutionnaires…ils devraient plutôt travailler à améliorer concrètement les conditions de vie de leurs semblables…

  10. Un autre exemple de suprémacie blanche

    Des blancs très blancs qui se plaignent au nom des noirs alors que les noirs eux-mêmes peut-être qu’ils n’en ont rien à foutre? 😆

  11. L'opium du peuple

    L’essentiel du mouvement idéologique intersectoriel est porté par des blancs et pour eux-mêmes. C’est la quintessence d’une logique petite-bourgeoise blanche bien-pensante qui sait qu’elle est privilégiée économiquement et qui essaie de réconcilier la contradiction entre leur monde idéalisé égalitaire. En d’autres mots, qui essaie de mieux se sentir et paraître vertueuse publiquement sans pour autant faire un geste concret. Si tes conditions matérielles te font tant soufrir, donne tout à un organisme de charité. Ah non c’est vrai, tu veux les garder et seulement faire des points vertu pour mieux te sentir.

  12. Mr Bean

    La liberté d’expression et les gens qui en sont offensés.

    Cherchez sur Google : “In full: Rowan Atkinson on free speech”

  13. Generation X

    À Portland, ils ont le même problème. Les gens qui ont le poing en l’air pour BLM sont en majorité des blancs.

  14. Job on the side

    « Je dis bravo à ces étudiantes activistes néo-Canadiennes, qui sont également recherchistes pour notre grande Institution-des-tas. » – Justin Troudeau

  15. Majoritaire mais sans pouvoir

    Les blancs straights d’origines européennes marchent sur les oeufs. Tous les groupes les ont à l’oeil. Race, sexe et religion sont des terrains minés. Vaux mieux se promener les fesses serrées (figure de style).

  16. Eh oui ...

    Les antifas ne sont pas racisés , juste une bande d’attardés de petits punks pas de vies qui cherchent des prétextes pour faire et justifier du grabuge . Exemple : J’ai cassé la vitrine d’un marchand, il n’a pas salué la madame noire quand elle est sortie —– Samuel 35 ans UQAM .

    1. Devrais-je appeller la DPJ

      Je vous en prie, ne dites pas tant de mal du petit Samuel, 35 ans. Vous savez, il est encore très jeune. Du moins, pour un étudiant de l’UQAM.

  17. Portrait-robot

    Probablement la même grosse moche qui se prétend victime d’agression sexuelle si un étudiant mâle la regarde plus de 1,5 seconde. Ou lui lance un “Hi, how are you?” non sollicité.

  18. Alain le pas fin

    encore des activistes épa1sses qui ont sauté sur cette cause comme la misère sur le monde
    cette cause ou une autre, peu importe, mais une cause

  19. Séraphin Poudrier

    Tu veux voir exploser des boîtes crâniennes?

    Demande aux intersectionnels si pour éviter de recoloniser les Premières Nations, on ne devrait pas demander aux Premières nations s’ils accepteraient de céder les terres nécessaires à l’établissement des réfugiés et immigrés arrivant au Canada, et le cas échéant, quels territoires les autochtones en question seraient bien prêts à céder aux nouveaux arrivants damnés de la Terre à la recherche de paix et de protection contre l’homme blanc hétérosexuel à la langue fourchue et son eau de feu?

    Ne serait-il pas juste et légitime de cesser d’imposer notre volonté colonisatrice et coloniale et laisser nos première nations gérer l’immigration? Qui sommes-nous, nous visages pâles, pour décider de qui peut venir s’établir ou pas sur les territoires non cédés de Montréal et du Canada? Vérité et réconociliation, laissons décider les grand chefs héréditaires.

    Viande à chiens!

Les commentaires sont fermés.