Léger conflit…

Hier, au show de Paul Arcand Puisqu’il faut se lever au 98.5 FM…

L’ordre n’est peut-être pas identique…

Marie-France Bazzo et Mario Dumont étaient avec Paul pour la commission, comme à chaque matin. Ils ont parlé du film Dérapages pendant prêt de 11 minutes. Ils ont tous les deux beaucoup aimé ça. Même que Mario Dumont, qui était à la projection de presse, a dit: j’ai jamais vu ça, à la fin du film, tout le monde en sortant de la salle ne parlait que du film. Ha oui, Mario? C’est rare ça en sortant d’une première…

Plus tard, dans sa chronique Web, Dominic Arpin a lu différents tweets écrits par des « veudettes » à la sortie du film. Évidemment, tous des tweets louangeaient le film Dérapages.

Encore plus tard, la belle Pascale Lévesque nous parlait, dans sa chronique, du film Dérapages pendant près de 5 minutes. Elle est allée interviewer différentes personnalités qui étaient présentes au visionnement de presse.

Hé hé hé… c’est-tu pas beau ça! On imagine Arcand assis sur sa chaise, penché par en arrière avec les deux mains derrière la tête se dire: crime que je suis hot. Imaginez la situation dans laquelle sont placés les moutons de l’équipe de Paul Arcand. Ils doivent parler d’un sujet autour d’une table où l’animateur vedette de l’émission (Arcand), qu’ils cotoient à chaque jour, est aussi le réalisateur\producteur du film en question. C’est comme si le grand boss d’une compagnie réunissait ses employés dans la salle de conférence pour leur montrer des photos de son dernier voyages à Paris. C’est pas mal certain que les employés vont dire: wow, sont tellement belles vos photos.

Évidemment, que le dernier film d’Arcand est sûrement un bon documentaire, mais c’est pas ça le point. Il y en a pas un de son équipe qui a eu un petit commentaire négatif. Aucun: très bon film, mais j’ai pas aimé telle affaire… Marc Cassivi dans la Presse à beaucoup aimé le film et se permet quand même de souligner des points négatifs à la fin de son article, et c’est ben correct.

Est-ce qu’on en aurait parlé autant et surtout est-ce que les commentaires auraient été les mêmes si ça n’avait pas été Arcand qui l’avait réalisé…

Certains nous diront: ben non, c’est sûr.

Justement, c’est là le problème…

Commentaire inutile à m’envoyer: Claude Poirier a aimé ça, lui?